[Critique] Une suite qui dérange : Le temps de l’action

Ce que je connais d’Al Gore ?

1 – C’est un ancien vice-président des États-Unis.
2 – Il parle beaucoup de l’Homoursporc dans South Park. Il est moitié homme, moitié ours et moitié porc. Ou moitié ours, moitié homme-porc ?
3 – C’est un gros bonnet dans le monde de l’écologie.

11 ans après la sortie du documentaire Une vérité qui dérange, qui avait fait forte impression à son époque (en bien puisque le documentaire fut récompensé, comme en mal puisque derrière les climato-sceptiques ont bien éclaté la réputation d’Al Gore), voici qu’une suite sort dans nos salles. C’est d’ailleurs le titre du documentaire puisqu’il s’intitule Une suite qui dérange : Le temps de l’action.

Avec ces actualités constantes de tempêtes et autres catastrophes naturelles de plus en plus nombreuses et meurtrières, le documentaire vient nous rappeler que c’est un petit peu notre faute et qu’il n’est pas encore trop tard si on se sort les doigts du fondement. Et j’avais envie de vous parler un petit peu écologie (ainsi que virer l’affiche d’American Assassin de la page d’accueil du blog, quelle blague ce film !).

 

 

Cette critique va être un petit peu différente de ce que j’ai l’habitude de proposer étant donné qu’il s’agit d’un documentaire. Je ne peux pas juger la prestation d’Al Gore parce que s’il jouerait mal, beaucoup de questions se poseraient. Et je ne suis pas climato-sceptique du tout. Je crois complètement au réchauffement climatique et dans notre part de responsabilité dans tout ce bordel actuel qu’est la planète. La seule chose que je pourrais juger dans ce documentaire est donc ce qui est montré, raconté et la façon dont c’est fait.

Tout d’abord il est intéressant de voir dans cette suite que certaines prédictions faites dans Une vérité qui dérange et qui étaient jugées par beaucoup comme étant du sensationnalisme de bas-étage ont eu lieu. Et il est doublement intéressant dans cette situation en tant que français de voir que la toile de fond de cette suite est la fameuse réunion de tous ces chefs d’États à travers le monde sur Paris pour les fameux accords qui avaient fait forte impression à son époque (je dis époque, mais c’était en 2016, vous devriez vous en rappeler tout de même !).

Néanmoins, les accords de Paris sont surtout mis en avant dans le dernier tiers, même si on en entend parler tout du long. Le documentaire est là pour nous montrer les récentes catastrophes et les conséquences du réchauffement climatique sur le monde. On en entend souvent parler, mais il est intéressant ici de voir des exemples très concrets et des explications sur ce que l’avenir nous réserve si ça continue comme ça. Malheureusement ces exemples très concrets passent par des images vraiment fortes. On voit des zones ravagées, mais aussi et surtout des personnes qui nous expliquent ce qu’ils ont vécu.

Il y a d’ailleurs une volonté intéressante dans Une suite qui dérange de voir les choses sous un autre angle. On le voit notamment avec une partie se consacrant à la situation en Syrie vraiment intéressante. Mais aussi et surtout sur la position de l’Inde vis-à-vis des accords de Paris étant donné leur situation économique et politique qui était la partie qui m’intéressait le plus personnellement.

Malheureusement, le documentaire fait parfois dans la volonté de faire du tragique juste pour faire du tragique. Nous revenons sur les attaques terroristes qui ont eu lieu à Paris l’année dernière. Et il semblait tout à fait impensable d’éviter le sujet étant donné le timing avec la réunion des chefs d’États pour les accords de Paris. Néanmoins le documentaire reste beaucoup trop longtemps sur cette partie pour son bien. Et je ne veux pas paraître insensible quand je dis ça, mais c’était presque du HS par rapport au propos du film. L’évoquer ? Oui. Rester presque 5 minutes sur le sujet ? Pour moi c’était un poil trop.

Il y a aussi une partie du documentaire centrée sur Al Gore lui-même. Et il est intéressant de le voir douter du combat qu’il mène, ça ne fait aucun doute. Mais un peu plus de concentration sur le sujet de l’écologie et un peu moins de concentration sur Al Gore n’aurait pas été un mal dans le cas présent.

Je ne peux décemment pas ne pas vous conseiller de regarder Une suite qui dérange. Ce n’est pas un sujet joyeux puisque nous voyons que l’être humain est parfois un vrai connard qui emmerde la planète. Et nous voyons de nombreuses scènes de détresse. Mais c’est une piqure de rappel quant à la situation actuelle et sur le fait que le combat pour l’avenir de la planète continue tous les jours. Il serait intéressant de diffuser ce documentaire dans les écoles je trouve ! Histoire d’ouvrir les yeux de nos jeunes esprits au fait que le monde est un endroit difficile mais qui vaut la peine d’être sauvé.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *