[Critique] The Disaster Artist

Quand on me demande quels sont mes plaisirs coupables dans le cinéma, des films reviennent souvent sur le tapis. Il m’arrive de changer selon mon humeur ou si j’en découvre de nouveaux au fur et à mesure. Grand amateur de nanars, j’aime faire quelques soirées avec des amis ou je découvre ou redécouvre des petites perles. Mais un film reste constamment dans ma liste : The Room. Le film a maintenant une énorme réputation dans le domaine donc dire qu’on adore The Room est presque une évidence pour les amateurs du genre. Il s’agit pour moi de la meilleure des introductions aux gens au concept du nanar.

Mais nous ne sommes pas là pour parler de The Room. Cela prendrait de nombreuses heures d’études du film pour que je puisse pondre un article digne de ce film. Mais surtout, tout a déjà été dit dessus, qu’est-ce que je pourrais apporter de plus ? Non, parlons plutôt d’un film qui raconte la création et le tournage de The Room, basé sur un livre de Greg Sestero (l’un des deux acteurs principaux de The Room) et de Tom Bissell (un journaliste et écrivain américain). Ce film est The Disaster Artist, et étant donné ma relation spéciale avec The Room, on peut dire que je l’attendais avec beaucoup d’appréhensions le bougre.

Réalisé par James Franco et mettant en scène James et Dave Franco, voyons ce que The Disaster Artist nous propose !

 

 

The Disaster Artist nous raconte l’histoire de la rencontre entre le jeune acteur Greg Sestero qui a du mal à s’imposer sur scène, et l’excentrique Tommy Wiseau, homme entouré de mystères. Les deux souhaitent briller à Los Angeles et devenir de grandes stars. Mais dépassés par le système qui les entoure, Tommy a une idée : faire soi-même son propre film, intitulé sobrement The Room.

J’ai très récemment acquis le livre The Disaster Artist, enfin adapté en France par les gentilles personnes de Carlotta. Donc merci à eux ! Même si je pense aussi me prendre une version originale du livre pour être tout à fait franc. Je ne l’ai pas encore lu entièrement donc je ne suis pas bien placé pour vous dire si l’adaptation est fidèle ou non. Du peu que j’ai lu, il en manque pas mal. Mais il s’agit d’un film de 1h40 et pas de 5 heures donc je m’attendais à ce genre de choses. Tout ça pour vous dire que je juge le film uniquement sur ce qu’il est et ce qu’il me propose en tant que film, pas sur son matériau d’origine. Je le précise à chaque fois que je traite d’une adaptation et je continuerais de le faire, ayant parfois l’impression que certains « fans » vont gueuler sur ce qu’il n’y a pas dans un film plutôt que sur ce qu’il nous propose ce qui est la mauvaise façon de faire selon moi. Mais bref, passons !

 

Oh hi sujet de l’article !

 

Ce film est un peu compliqué à traiter car je le vois d’un point de vue d’une personne qui a vu The Room. Et pratiquement la seconde moitié du film est sur le tournage de The Room, me faisant pleinement apprécier les scènes tournées ou les dialogues échangés. Du coup je vais vous donner d’abord mon avis pour les personnes qui n’ont pas vu The Room, et les personnes qui ont vu The Room. Vous me suivez ? Ok.

Pour les personnes qui n’ont pas vu The Room, autant que je vous le dise tout de suite : The Disaster Artist n’a probablement pas le moindre intérêt pour vous. Il ne s’agit pas d’un film comme le Ed Wood de Tim Burton par exemple. Pour Ed Wood, Tim Burton avait fait en sorte de nous offrir un portrait qui ne nécessitait pas de connaissances du travail du réalisateur pour apprécier pleinement le film. Je n’avais pas besoin d’avoir vu Plan 9 From Outer Space pour apprécier Ed Wood. Bon, j’ai vu Plan 9 From Outer Space, mais après avoir vu Ed Wood donc mon argument reste valable ! Ici ? Sincèrement j’ai du mal à imaginer quelqu’un qui n’a pas vu The Room ou qui n’en a pas entendu parler apprécier pleinement The Disaster Artist, surtout lorsque toute la seconde moitié du film repose sur la création et le tournage de The Room. Il y a un côté un peu trop « private joke » dans les différentes séquences du film pour être intéressant à un profane. Au passage, si vous n’avez pas vu Ed Wood : regardez Ed Wood.

Et c’est probablement ce que je vais le plus reprocher à ce film, j’aurais aimé qu’on aille un peu au delà de ça. Qu’on propose un film qui puisse être intéressant pour tous et pas seulement les gens qui connaissent The Room. J’ai lu plusieurs comparaisons au Ed Wood de Tim Burton à travers la toile donc je reste dessus car je trouve que justement cette comparaison n’a pas réellement de raisons d’être. Avec Ed Wood, je sentais l’amour de Tim Burton envers ce réalisateur. Avec The Disaster Artist, j’ai un peu plus ce ressenti de voir James Franco qui se moque un peu de Tommy Wiseau, sans aller pour autant dans la moquerie violente et gratuite.

 

*James se défendant des allégations d’agression sexuelles*
– I DID NAAAT

 

Pour ceux qui ont vu The Room, je pense que vous tirerez bien plus de divertissement de The Disaster Artist. La première moitié n’est pas la plus intéressante du monde mais avec la seconde moitié et surtout une prestation au poil de James Franco en Tommy Wiseau, il y a largement de quoi passer un bon moment devant le film. Le fait que James et Dave soient frères rend la relation entre Greg Sestero et Tommy Wiseau encore plus étrange dans le film, ce qui est un point positif selon moi, car cela accentue la façon dont Tommy voit Greg.

Le reste du casting n’est pas en reste mais James est vraiment au centre de l’attention et nous propose la prestation qui sort de l’ordinaire.

Du coup, est-ce que je recommande The Disaster Artist ? Uniquement pour ceux qui connaissent The Room et qui ont cet amour pour le nanar. Mais ça ne va vraiment pas plus loin que ça. En tant que « private joke », c’est un bon moment à passer entre amis et je suis ressorti satisfait de la salle. Mais pour les autres ? Il n’y a pas de quoi vouloir payer le prix d’un ticket de cinéma pour aller le voir. Mais si vous n’avez pas vu The Room, trouvez-vous des amis fans de mauvais films et regardez moi ça, vous n’allez pas en ressortir intacts !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

1 commentaire sur “[Critique] The Disaster Artist

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.