[Critique] Solo : A Star Wars Story

Il m’arrive très rarement de parler des conditions de création d’un film. J’estime personnellement que je ne devrais juger que le produit final, ce qui sort et est diffusé dans nos salles de cinéma. Mais dans le cas présent, c’est un peu plus difficile de passer outre étant donné que ça a une incidence directe sur le résultat final justement.

Je ne reviens pas dans les détails, c’est très bien documenté sur le net je suis sûr que vous trouverez toutes les informations que vous souhaitez. Il y a eu du changement de réalisateur environ à la moitié de la production, on a eu des reshoots en quantité et on a eu également droit à des tonnes de rumeurs sur le tournage, notamment l’acteur principal qui avait besoin d’un coach pour qu’il joue le personnage de Han d’une manière plus convaincante. Il y a peut-être une part de fantasme ou de haine programmée du net envers le tournage. C’est un film estampillé Star Wars et il n’y a pas pire ennemi à Star Wars qu’un « fan » de Star Wars ces derniers mois sur internet. On ajoute à tout ça une belle campagne marketing bien discrète, comme si il y avait quelque part une honte du film de la part de Disney.

Le truc qui est magique, c’est que lorsque nous avons des interviews du casting maintenant à l’occasion de la sortie internationale du film, tout était génial. L’expérience était géniale, la transition entre le duo Lord / Miller à Ron Howard était toute naturelle et tout s’est fait dans la meilleure des ambiances. C’est sans doute dans la communication que nous reconnaissons plus la griffe de Disney qui veut toujours que tout soit bien lisse. Nous n’aurons jamais un documentaire sur le tournage de Solo qui soit au minimum aussi honnête que celui de La Menace Fantôme par exemple, que je conseille à tous.

Mais passons tout ça et entrons directement dans le vif du sujet en parlant du deuxième film estampillé « A Star Wars Story« , consacré à la jeunesse du père de Kylo Ren et du mec le plus cool de la galaxie très lointaine il y a fort longtemps : Lando Ca… Han Solo !

 

 

Juste avant, un petit point rapide pour vous dire où je me situe avec les films Star Wars récents. Histoire que si je dise quelque chose qui ne vous plaise pas, vous pourrez vous dire « ah bah forcément, venant d’un mec qui aime blablabla ». Parler des films Star Wars, c’est comme passer devant le Choixpeau Magique de Harry Potter qui t’enferme dans une case de manière arbitraire.

  • Star Wars – épisode VII : Le Réveil de la Force. J’ai globalement bien aimé. Feignant au point où ça en est frustrant sur certains aspects. Néanmoins les nouveaux personnages sont intéressants et on sent un vrai amour artisanal de la part de J.J. Abrams pour la licence. Un bon départ plein de potentiel pour la nouvelle trilogie.
  • Rogue One : A Star Wars Story. Je sais que je ne suis pas majoritaire dans cet avis étant donné que je n’arrête pas de lire les louanges faites à ce film. Mais désolé, je déteste Rogue One. Ce n’était que de la fan fiction sans intérêt avec des personnages parfaitement insipides. De belles images et une belle réalisation, mais aux services d’un script détestable de cynisme. Nous ne sommes pas au niveau d’un Suicide Squad mais on est dans la même catégorie de blockbuster selon moi. Vraiment je n’arrive pas à aimer ce film malgré de bons points et de grands moments que je lui reconnais volontiers.
  • Star Wars – épisode VIII : Les Derniers Jedi. Et encore une fois j’ai l’impression de ne pas être dans la majorité (même si au fond de moi je suis persuadé que si, c’est juste que les gens qui passent leur temps à haïr ce film sont hyper bruyants) mais j’ai adoré cet épisode qui est le premier opus depuis très longtemps où je ne me dis pas seulement que je suis devant un bon Star Wars, mais aussi devant un bon film. J’ai adoré la direction prise par Rian Johnson et les couilles métaphoriques qu’a cet épisode à vouloir faire quelque chose qui semble blasphématoire pour les fans de la première heure mais qui est pourtant nécessaire si on veut continuer d’avoir des films Star Wars dans le futur : il a tenté de proposer quelque chose de neuf dans la saga. Impatient de voir ce que Rian Johnson va proposer à l’avenir avec sa trilogie de spin-off Star Wars.

Maintenant que vous voyez où je suis dans le spectre de l’ère Disney des films Star Wars, qu’est-ce que je pense de Solo : A Star Wars Story ?

Eh bien je n’ai vraiment pas aimé malheureusement. Je ne suis pas sorti en colère comme pour Rogue One mais les raisons étaient ici différentes. Mais avant de plonger dans le pourquoi, je tiens quand même à aborder les quelques bons points, car il y en a qu’il faut retenir.

 

Il … Il est derrière moi, c’est ça ?

 

Tout d’abord, le casting est globalement bon. Je ne connaissais Alden Ehrenreich que du récent film Avé César ! des frères Coen, mais ce dernier s’en sort finalement plutôt bien dans le rôle titre. Il était sans doute celui qui avait le plus la pression étant donné qu’il devait suivre des décennies de mémoire collective des gens avec Harrison Ford en tête dans le rôle.

Je doute néanmoins de plus en plus d’Emilia Clarke au fur et à mesure que sa carrière avance car elle est soit dans des films catastrophiques, soit c’est sa prestation qui n’est pas glorieuse. Ici ? C’est plutôt sa prestation qui est vraiment fade. Mais ça ne pourra jamais être pire que sa version de Sarah Connor dans Terminator : Genisys. Une fois l’ultime saison de Game of Thrones sortie, je me demande vraiment si elle va réussir à aller au delà en tant qu’actrice car pour le moment sa carrière cinéma n’est pas glorieuse.

Mais la palme du casting revient quand même à Donald Glover dans le rôle de Lando Calrissian … Je le reconnais : je suis un grand fan de Donald Glover. J’adore Community, j’adore ce qu’il faisait en tant que comédien de stand-up, j’adore sa musique … Mais même en retirant ma vision de fanboy invétéré, je pense sincèrement qu’il nous livre la meilleure performance du film.

 

Han & Lando in the mooorning !

 

Et c’est … globalement tout ce que je retiens de positif. Han et Lando sont cools. Alors, évidemment je pourrais vous dire que les effets spéciaux sont réussis. Mais c’est un film qui a coûté 250 millions de dollars (sans doute plus en réalité avec les reshoots, mais c’est le chiffre avancé par Disney) alors HEUREUSEMENT que les effets spéciaux sont réussis ! Cela devrait être une évidence pour des films comme ça. Pour la réalisation, je n’ai rien à dire de négatif mais rien de positif non plus. J’ai toujours vu Ron Howard comme un yes man qui accepte les projets d’Hollywood sans y mettre une vraie identité. C’est un bon artisan, mais ce n’est pas un bon réalisateur selon moi.

Visuellement, c’est beau. Mais alors artistiquement, c’est bien triste. Le film n’a pas de nouvelles planètes qui soient marquantes ou des espèces extra-terrestres visuellement intéressantes. Nous sommes dans le degré 0, c’est plat et classique au possible. Et qu’est-ce que ça manque de couleur bon sang … Tout doit toujours être dans du gris ou dans du brumeux … Ce n’est pas parce que le film essaye de paraître un peu plus « sombre » dans son récit qu’il doit aussi l’être visuellement !

Finalement, qu’est-ce que j’ai vu ? Qu’est-ce que je peux retirer en tant que spectateur de Solo : A Star Wars Story ?

Et la réponse est bien ce qui pose problème avec ce film, mais aussi indirectement avec ce que Disney fait avec la licence : je ne ressens rien et je ne retire rien de ce que j’ai vu. C’est ça le drame quelque part selon moi. Rogue One avait des tonnes de défauts, mais j’en retiens quelques scènes tout de même grandioses. Ici, je suis ressorti de la salle en ayant rien vu finalement. C’est un film Star Wars bon sang ! Nous ne sommes pas dans une licence lambda en terme de divertissement, là on parle de Star Wars, une licence qui a bercé l’imagination de plusieurs générations de personnes ! Et on se retrouve avec ce film d’une platitude qui à de quoi nous rendre triste.

Solo ne prend tellement aucun risque que ça en est exaspérant d’ennui. Alors, vous allez me dire qu’il s’agit d’une origin story et qu’il ne devrait pas y avoir de changements qui affecte rétroactivement les films précédents. Je suis d’accord. Mais cela m’amène à deux problématiques :

  • Le personnage de Han Solo ne connait absolument aucune évolution dans ce film. Il commence le film avec le même comportement et déjà tous les talents de pilote qu’on lui connait et il finit le film sans avoir eu un changement notable. On apprend seulement comment il a obtenu son arme ou comment il a rencontré Chewie. On voit le raid de Kessel en 12 parsecs. Ce film, c’est littéralement voir un personnage dans un MMORPG trouver de l’équipement. Mais il n’y a absolument rien de nouveau apporté par ce film dans la mythologie, ce ne sont que les petits points qu’on nous montre dans les différents films qui sont expliqués ici. Mais finalement, est-ce qu’on avait vraiment besoin d’avoir des réponses aux questions qu’on ne pose pas ? Quelqu’un avait vraiment besoin de savoir comment Han a eu son pistolet laser ?! C’était vraiment important ?!
  • Si ce n’était pas expliqué clairement dans les films précédents, c’est que ce n’était pas suffisamment intéressant pour être raconté. Simplement avoir les anecdotes suffit car c’est ce qui nous donnait du caractère au personnage de Han Solo. Je n’avais pas besoin de visualiser le raid de Kessel, simplement l’imaginer me suffisait amplement !

Pour conclure, je dirais que Solo : A Star Wars Story ne m’a pas énervé comme l’avait fait Rogue One : A Star Wars Story. Mais ce film m’a terriblement frustré. Il m’a fait me rendre compte que Disney a toutes les cartes en main avec le principe des spin-off pour explorer cet univers mais qu’on nous enferme entre les épisodes III et IV, comme si il était impossible de sortir de ce cadre. C’est un film Star Wars, les gens iront voir. Un film racontant les tenants et aboutissants de la production de lait bleu ? J’en suis ! La Cantina de Mos Eisley est un business flamboyant qui se voit offrir une possibilité d’étendre sa marque ? Ouais, pourquoi pas ! Ces films pourraient être nuls, mais au moins ça serait quelque chose de différent.

Il est vraiment temps qu’on nous raconte de nouvelles histoires. A force de bien vouloir rester dans le cadre, on finit par rendre l’univers trop connu, trop classique, trop lisse et par conséquent trop fade. J’ai besoin de lire de nouveau « Il y a bien bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…. » et d’y croire. Mais ces spin-off qui normalement devraient être les occasions parfaites pour nous proposer quelque chose de différent sont finalement ceux qui nous enferment le plus dans un univers où on ne devrait jamais ressentir cet effet d’enfermement. Mais vous savez quoi ? Je me permets d’être encore optimiste envers l’avenir. Pour le moment ? Les deux premières tentatives sont des échecs cuisants.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

1 commentaire sur “[Critique] Solo : A Star Wars Story

  1. Je partage ton avis sur l’intégralité de l’article.
    Après pour Donald Glover, même s’il remonte carrément le truc, je trouve pas qu’il soit si wow que ça.

    C’est quand même chaud de se dire que les seuls moments que j’ai trouvé cools c’est quand L3 passe à l’écran.
    Ah et le fameux raid de Kessel… J’ai pas compris à quel moment ça commence et à quel moment ça termine. Ça ternit un peu « l’exploit » que c’est sensé être.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.