Review : Zulu

Quand on pense à la fin d’année ainsi qu’à Orlando Bloom … C’est que nous sommes probablement une jeune adolescente qui est en train de se masturber tout en s’imaginant être avec lui quand il est un elfe ou alors un pirate. Mais on peut aussi penser sans perversion au gros blockbuster de la fin d’année que la planète entière attend de pied ferme : Le Hobbit – La désolation de Smaug. Seulement avant qu’il ne sorte, un autre film de cette fin d’année est sorti en salle avec en tête d’affiche Orlando Bloom justement. Et là il troque ses oreilles pointues et ses yeux anormalement bleus (t’as un poil abusé de la couleur mon bon Peter) pour une bonne bouteille, une gueule de bois bien violente, qui tire à droite à gauche et une carrière de flic qui tient constamment sur le fil.

Bref, le rêve de vie de tout homme normalement constitué. Notamment sur la partie tireuse. Et c’est dans ce rôle qui nous change de son habitude que nous le retrouvons aux côtés du toujours présent Forest Whitaker dans un film réalisé par un français (oui, c’est rare donc j’aime le signaler) : Zulu. Avec un film comme ça, on pourrait croire qu’il s’agit d’un début d’une vague de films consacrés à Nelson Mandela. Mais pas du tout, c’est une bonne vieille enquête policière à l’ancienne ! Qu’est-ce qu’il vaut le loustique ? Eh bien voyons ça !

 

Affiche ZuluJ’espère que ce film sera un carton en salle ! … Parce que … Le réalisateur s’appelle Salle en fait.

*balance le générique des Experts : Miami*

De quoi qu’il nous cause le bougre ? Eh bien c’est un duo de flic un peu étrange : l’un est un alcoolique notoire qui baise à tout va et l’autre est une ancienne victime des violences policières lors de l’Apartheid, qui doit enquêter sur la mort d’une jeune fille. Une enquête qui semble classique jusqu’ici mais qui va en fait remonter bien plus loin puisqu’un certain projet secret mené durant l’Apartheid pourrait justement en être la cause.

Je ne vous en dirais pas plus car le scénario du film est très bon. C’est une adaptation de roman donc forcément il y avait de la page qui a été remplie d’encre à un moment. Mais plus sérieusement le scénario, sans être incroyable ou rempli de rebondissements, est vraiment bien ficelé et se laisse suivre avec plaisir tout au long du film. Et c’est l’une des grandes forces de ce film d’ailleurs : on ne s’ennuie à aucuns moments. Il y a des scènes avec beaucoup moins de tension certes, mais l’histoire est suffisamment bien faite, les personnages sont suffisamment travaillés et les acteurs sont suffisamment crédibles pour que l’on suive avec plaisir tout ce qu’il se passe tout du long. Et ça, ça fait plaisir.

Je reviens sur les acteurs, tous sont vraiment très bons mais bien entendu les deux qui survolent le tout sont le duo principal. Forest Whitaker c’est simple : on s’attache tout de suite à lui. Il est un homme simple et attachant qu’on retient car il a un passé et un background réellement très puissant. Les quelques flashbacks que nous avons pendant le film nous donnent le ton sur ce par quoi il est passé et c’est vraiment efficace. Les flashbacks quant à eux sont vraiment bons avec des scènes réellement très tendues. Le duo qu’il forme aurait quand même pu être plus travaillé … Je ne demande pas un buddy movie pour autant mais … quand même. C’est un peu les deux hommes qui vont fouiller chacun de leur côté sur la même affaire. Dommage. Mais je chipote vraiment de ce côté tout est maitrisé il n’y a rien à dire.

 

Orlando Bloom and Forest Whitaker in a still from the film Zulu– Je suis trop vieux pour ces conneries …

– Mec … On est à un enterrement, les citations cultes on essayera dans un autre film.

Mais l’acteur que je retiendrais clairement reste Orlando Bloom. Il voulait nous montrer qu’il peut jouer autre chose que le héros un peu niais et tout propre sur lui ? C’est chose faite ici. C’est simple dans son comportement, j’ai pensé tout de suite au personnage de Hank Moody, incarné par David Duchovny dans la série Californication. Totalement à la ramasse, il semble plus intéressé par les culs qui passent devant lui que par l’avenir de son propre fils. Mais il reste profondément bon au fond de lui et c’est ce qui fait la force du personnage dont on devient immédiatement fan. Il avait cependant une habitude qui m’inquiétait un peu : chaque personnage qu’il voyait il finissait souvent par coucher avec … A la fin dans des moments d’action je finissais par me dire qu’il coucherait avec tout le monde … Homme, Femme, Animaux … Planquez-vous !

 

David Duchovny– Je suis Hank Moody et j’approuve totalement ce comportement !

Evangeline Lilly– Mon Dieu ces oreilles … Je vais lui faire sa fête au Légolas …

Et ça sera une review très courte de ma part mais je ne vois sincèrement pas quoi dire d’autre sur ce film. Zulu est un film maitrisé, un petit thriller bien efficace et qui fait du bien en cette fin d’année, tout comme l’avait fait un Jack Reacher l’année dernière. Les acteurs sont très bons, le film n’est jamais ennuyeux … Ah et à un moment on voit les fesses de Orlando Bloom … Et ça, c’est quand même bien pour vendre quelques places auprès de la gente féminine … Après ça, on peut dire que Orlando Bloom a rempli la Salle !! … Le réalisateur … Oui, c’est une vanne dégueulasse et j’en suis fier.

Blague à part, en attendant Le Hobbit qui risque fort de tout écraser sur son passage au niveau du box-office, vous pouvez vraiment aller voir ce film qui mérite de marcher car voir des films comme ça, ça fait plaisir. Un film qui ne paye pas de mine mais qui a en elle une vraie qualité. Un très bon film, rien d’autre à dire.

 

David DuchovnyPendant le tournage de X-Files à un moment, j’ai baissé le string de Scully et je lui ai

OK !! Ne brisons pas de secrets sur une série mythique ça ira merci bien ! Bref, si vous voulez soutenir ce petit site de cinéma (mais grand par le coeur mis … ouais non il y a pas de blagues là, j’ai rien), une bonne façon de faire serait d’aimer la page Facebook du site. Après je ne dis pas ça pour vous inciter à le faire mais disons qu’il y a un pourcentage de chance que vous puissiez gagner des rencontres avec Orlando Bloom quoi. Et ce pourcentage est … 0. 0 est un pourcentage.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

2 commentaires sur “Review : Zulu

  1. Oh super, je compte bien aller le voir justement !! Oui, je l’avoue, je suis toujours volontaire pour une paire de fesses masculines, mais en réalité c’est surtout celle d’Orlondo Bloom (mon très cher Dodo auquel je suis fidèle depuis le tout début ^^) qui m’ont toujours intéressée depuis mes 8 ans (oui, j’étais précoce ^^) !!
    Non plus sincèrement, il a toujours été mon acteur préféré (oui je sais, ça fait niais dit comme ça mais je ne trouve rien d’autre là, je suis trop concentrée à penser à son c*l ^^) et je ne rate jamais aucun de ses films (Kingdom of Heaven, sûrement mon favoris – en tant que rôle principal je veux dire, sinon c’est évidemment la Trilogie du Seigneur des Anneaux). J’ai hâte de courir le voir (les vacances vont être chargées entre Zulu, le Hobbit 2 & Hunger Games 2 – et oui car je dois attendre mon cher & tendre donc la patience est de rigueur…)

    Je suis contente d’avoir eu cette petite critique au préalable car je n’avais pas été emballée par la promo à la télé (en même temps, je ne sais même pas pourquoi ça m’étonne).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.