Review : The Big Short

Bon, je viens de faire un article assez sérieux où je parle de mon envie de me plonger pleinement dans mon style d’écriture afin d’y trouver un nouveau souffle. Il me faut un film qui puisse lancer cette nouvelle vague d’articles de la plus belle des manières. Un film que le grand public attend fortement … Oh, j’ai déjà fait un article sur Star Wars. Et je n’ai pas envie d’aller voir le dernier David O. Russell avec Jennifer Lawrence car je n’en ai rien à faire de l’invention du Miracle Mop dans les années 90 … Pas le choix, tapons dans le film pas forcément attirant pour le grand public mais qui a un casting d’enfer : parlons de The Big Short !

Woah woah woah … Mec, je ne peux décemment pas te laisser faire ça. Tu viens à peine de dire que tu veux te relancer et le premier film que tu choisis pour ça est un film sur l’économie américaine en 2008. Ça, c’est un excellent moyen d’attirer personnes pour lire tes articles.

T’es qui ?! Et pourquoi interviens-tu dans mes articles alors que je suis en train de les écrire ?

Je suis ton inconscient. Toi, mais en mieux. Et je prends les commandes. Mais de toute façon tu le sais, tu es toi-même en train d’écrire mes mots en ce moment.

Je sais, mais justement tu n’es qu’un procédé narratif, alors ne prends pas trop tes aises. Et il faut que j’arrête de me parler à moi-même. Je ne veux pas passer pour un con arrogant qui tente de faire de l’humour méta. Alors je choisis The Big Short, et je fais ce que je veux !

Les 8 salopards sort mercredi ! Tu avais Creed une semaine après ! Avec ça tu pouvais intéresser plus de personnes et donner plus de force à ton envie de te relancer. Un film sur l’économie ? … Wahou, si on pouvait mesurer mentalement l’excitation dans le pantalon des lectrices et lecteurs, je crois qu’on réussirait à avoir un appareil qui peut mesurer des valeurs négatives.

The Big Short

En 2008, le Greil, du haut de ses 16 ans, ne voulait qu’une chose : attendre d’avoir 18 ans pour ne plus sentir ce profond mensonge intérieur quand je clique sur « Oui, j’ai plus de 18 ans » sur mes nouveaux sites internet préférés de l’époque. J’étais bien conscient de cette crise économique mondiale majeure. Je savais que c’était une histoire de subprimes mais ça n’allait pas plus loin que ça. Alors forcément, quand j’apprends que fin 2015 sort un film avec un casting 4 étoiles qui parle des coulisses de Wall Street avant l’explosion de la bulle immobilière aux États-Unis, je suis plus qu’intéressé.

Est-ce qu’on gueule encore sur l’ajout du sous-titre « Le Casse du Siècle » alors que même le bouquin d’origine n’avait pas ce putain de sous-titre quand il était sorti chez nous ?! BORDEL JE HAIS CEUX QUI ONT CES DÉCISIONS DE MERDE !!

Je ne peux que m’approuver. Mais au delà du titre boiteux, la chose qui me faisait le plus douter était le réalisateur : Adam McKay. Pour ceux qui ne savent pas ce qu’il a réalisé, ne vous inquiétez pas c’est normal. Il est spécialisé dans les comédies ayant pour acteur principal Will Ferrell. Aux États-Unis, l’acteur est ultra populaire. Mais chez nous, il faut avouer que le public moyen s’en tape. J’aime beaucoup certaines de ses réalisations, notamment les deux Anchorman qui sont pour moi des petits bijoux de l’humour débile. Je vous les conseille d’ailleurs, notamment le 2 qui est encore meilleur selon moi !

Recentre. Recentre !

Pardon oui. Vous avez compris néanmoins où je vais en parlant de ses films : Adam McKay est bon pour réaliser des comédies débiles. Le savoir à la tête de l’adaptation d’un tel roman, sur un tel sujet ? Il faut avouer que c’est un risque dans sa carrière. Mais aussi un risque pour nous de tomber sur un film merdique. Et autant vous le dire tout de suite : je tiens à dire bravo à Adam McKay, car c’est un défi réussi et je l’ajoute désormais aux réalisateurs qu’il faut que je suive à l’avenir car j’ai vraiment adoré The Big Short.

Autant vous prévenir tout de suite malgré tout : ce n’est pas un film pour tout le monde. Car le sujet est bien l’économie américaine. Donc si vous n’avez pas un minimum d’intérêt pour le sujet et que vous allez voir ce film parce qu’il n’y a rien d’autre qui vous plait dans les films en salle … Vous allez passer un moment un peu étrange. The Big Short est un film très intelligent, et qui fait tout pour être aussi très intelligible. Mais malgré les explications qui nous sont données ici et là, il faut quand même bien s’accrocher et ce tout au long du film. Si vous avez une envie de pisser et que vous craquez pendant la projection du film : reprenez-vous une place pour la prochaine séance car vous avez peut-être raté un point clé qui va transformer tout le film en un bordel abscons en quelques secondes.

Le mec nous balance des mots comme abscons et espère nous faire croire qu’il a gagné une maturité soudaine. J’étais là quand tu retenais tes larmes pendant le trailer de Star Wars VII il y a quelques mois … Puis tu perds le lecteur là ! Tu veux qu’on fasse comme le film et qu’on mette une scène avec Margot Robbie nue dans un bain mousseux qui nous explique quelque chose de complexe ?

Oui. Évidemment que je vais répondre oui à cette question !

Margot RobbieAlors, quelque chose d’abscons est quelque chose qui est tellement complexe qu’on en perd le sens.
Et oui, évidemment qu’elle en Harley Quinn me fait rêver. Je ne suis qu’un homme !

Le film nous fait effectivement pas mal de petites scènes comme ça ici et là. The Big Short a en guise de narration les personnages principaux qui brisent le quatrième mur pour s’adresser directement au spectateur. Et personnellement, j’adore ce procédé. Ça ne nous sort pas du film, au contraire ! Je trouve que ça lui donne un cachet qui lui est unique et j’aime beaucoup cette idée qui a été ici très bien exploitée. Nous avons plusieurs personnages principaux qui ont chacun une histoire, un ressenti et une vision différente sur cette histoire. Passer par le quatrième mur pour nous dire directement ce qu’il faut retenir, ce que le personnage pense et ce qu’il se passe est non seulement divertissant, mais surtout nécessaire. Car comme je l’ai dit, c’est un film où il faut s’accrocher !

The Big Short raconte en fait plusieurs histoires en même temps, toutes centrées autour de personnes qui ont fait ce pari fou de jouer contre les banques et institutions financières américaines car ils avaient vus avant tout le monde que l’économie allait s’écrouler prochainement. Pour jouer des personnages qui sortent de l’ordinaire, il fallait du lourd du côté des acteurs. Et la vache j’ai été servi ici ! Christian Bale, comme toujours nous balance du lourd d’un point de vue interprétation. Il ne fait pas que dans la prise ou la perte de poids, c’est juste un putain de bon acteur en général. Je parle de Christian Bale mais Steve Carell et Ryan Gosling n’ont clairement pas à rougir. Ils sont bons dans ce film. Vraiment. Steve Carell démontre une nouvelle fois qu’il peut proposer autre chose que son côté comique et Ryan Gosling ne nous la fait pas à la Drive car là il a des émotions et nous sort une belle interprétation. Je ne mets pas trop Brad Pitt au même rang car il a un rôle bien plus secondaire. Mais monsieur a un nom vendeur, et le fait qu’il soit producteur aide beaucoup donc ce n’est pas étonnant qu’il soit sur l’affiche. Dans tous les cas, une chose est sûre : le casting est 4 étoiles, et surtout il est en feu dans The Big Short !

Carré d'orMoins sexy que Margot quand même … Mais on attire le public féminin. J’approuve le fait qu’on laisse cette image.
Même si j’ai l’impression que Steve Carell est en train de me juger avec son regard et ça me déplait profondément.

Je ne suis pas là pour juger le système. Je ne veux pas prétendre comprendre tout ça. Mais ce film montre bien à quel point 2008 est basée sur la bêtise humaine la plus pure. C’est vraiment un film que je conseillerais rien que pour ça. Est-ce que ça peut rendre des personnes cyniques encore plus cyniques ? Certainement. The Big Short est un film très virulent mais surtout passionnant. On nous explique bien le pourquoi du comment et j’avoue que je ne pouvais pas enlever mes yeux de l’écran. J’avais du mal à tout saisir parfois, c’est sûr. Mais j’étais passionné par ce que je voyais. Je voulais tout saisir justement. Mais comme je vous l’ai dit plus haut, ça reste quand même un film qui ne plaira pas à tout le monde.

Toi, oui toi, dont le film préféré est Fast & Furious : Tokyo Drift. Je ne te juge pas. Enfin si, un petit peu. Je veux dire, le 5 était quand même objectivement meilleur. Mais on s’en fiche, là il n’y a pas d’action, ce ne sont que des gens qui parlent autour de bureaux pendant 2 heures. Donc comprends moi quand je te parle à toi pour prévenir que tout le monde pourrait ne pas accrocher au film. C’est normal !

C’est d’ailleurs ce que je peux vous dire en guise de conclusion pour The Big Short. Ce n’est pas un film qui attirera tout le monde et qui plaira à tous ceux qui le verront. Il faut vraiment s’accrocher car il y a pas mal de termes qui peuvent nous faire nous perdre très rapidement. Mais si vous vous accrochez, je vous assure que cela en vaut la peine. Le casting est impeccable, la réalisation intéressante et surtout l’histoire passionnante. The Big Short pour commencer 2016 un peu plus énervé contre le système économique mondial ? Moi, ça me va ! Mon premier film de 2016 est un excellent départ !

Christian BaleChristian Bale, regardant avec attention Ben Affleck dans le trailer de Batman v Superman

Bon, j’ai réussi mon premier test ou pas ?

Mouais … Il faut voir sur le long terme. Je ne vais pas te donner une impression de réussite, sinon tu vas tout de suite choper le melon.

J’espère que tu ne seras pas tout le temps aussi présent dans mes articles quand même. J’aime le principe de la double personnalité, mais n’abusons pas quand même.

T’en fais pas, je n’ai pas envie de tomber dans des habitudes dès les premiers articles. Puis je sais que tu comptes tenter de toujours surprendre tes lecteurs pour ne pas les ennuyer donc bon … Nous verrons bien ! Bon par contre, plus de pub pour Facebook de manière cachée hein. On a une page, elle est , pas besoin de faire une conclusion à chaque fois pour mettre les liens. A partir de maintenant, on mettra ça de manière claire. Bon … Tu veux te remémorer quelques scènes de Margot Robbie dans Le Loup de Wall Street ?

Pourquoi tu me poses la question encore une fois ?! HELL YEAH !! Bon début d’année 2016 à tous !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.