Review : Star Trek – Sans Limites

Je ne sais pas vous, mais personnellement je trouve cet été un peu décevant en terme de sorties cinéma. Normalement c’est l’été, nous devrions avoir une grosse tuerie quasiment chaque semaine qui sort dans nos salles ! Je suis parti en vacances à l’étranger la première moitié du mois de Juillet et j’ai l’impression de ne rien avoir loupé. C’est pareil pour cette seconde moitié d’ailleurs. Le mois d’Août me donne bien plus envie avec Suicide Squad qui arrive très prochainement ou encore Jason Bourne que j’attends aussi impatiemment. Parmi ces sorties qui me donnent espoir pour les prochains films qui sortent ce mois d’Août, nous avons le troisième Star Trek, sobrement intitulé chez nous « Sans Limites » et qui sort dans nos salles le 17 août.

Néanmoins, je me suis dit que m’enfermer toute une après-midi au Grand Rex au milieu d’inconnus pour me refaire les films Star Trek depuis la reprise en main de la licence en 2009 par J.J. Abrams était une bonne idée. C’est donc en avant-première que j’ai pu voir le film Star Trek : Sans Limites.

Pour tout vous dire, je suis très heureux d’être allé à cet événement car nous avions un concours avec quelques lots à gagner. Les règles étaient simples : faire un tweet rigolo avec le hashtag du film. Nous avions des casquettes, des enceintes … Bref, tout ça pour dire que j’ai gagné une GoPro à l’effigie Star Trek, et c’est carrément trop cool. Merci à Paramount France et au Grand Rex pour ces événements, c’est toujours génial d’y aller ! Néanmoins, je vous dis ça par pure transparence. Je ne vais pas vous dire que le film est un chef d’oeuvre parce que j’ai gagné une caméra. Mon avis reste subjectif bien entendu, mais je ne suis pas influencé par le cadeau. Le film est toujours ce qui doit compter !

Je ne suis pas quelqu’un de facile messieurs dames ! C’est donc parti pour le troisième film dans la nouvelle timeline de l’univers Star Trek (appelée maintenant officiellement la Kelvin Timeline) qui ne sera pas la dernière puisque nous avons déjà le 4 qui est officiel. Néanmoins, c’est le premier sans J.J. Abrams derrière la caméra, remplacé par l’habitué des tutures et des muscles de la saga Fast & Furious, Justin Lin ! Mais surtout un changement notable parmi les scénaristes, puisque Simon Pegg a co-écrit le film ! Beaucoup de changements derrière la caméra, est-ce que cela a influencé le résultat devant la caméra ? Voyons ça dans la review de Star Trek : Sans Limites.

Holy shit, cette introduction est longue pour pas grand chose. Vif du sujet, maintenant !

 

Star Trek Sans Limites

 

Que raconte Star Trek : Sans Limites ? Après plusieurs années à visiter l’inconnu, l’équipage de l’USS Enterprise prend un petit peu de repos. Malheureusement, ce repos sera de bien courte durée car une nouvelle mission leur est attribuée. Une simple mission de sauvetage. Bien entendu, cette simple mission de sauvetage va vite tourner à la catastrophe après l’attaque d’un dangereux nouvel ennemi de la Fédération : Krall.

J’aime beaucoup la direction qu’a prise Star Trek en 2009. Rendre le tout plus dynamique afin de s’adapter à un nouveau public, tout en respectant l’univers original de la série. C’est selon moi ce qu’il fallait faire. C’est une façon un peu hypocrite de sortir un reboot, mais c’est fait d’une manière qui s’inscrit bien dans l’univers et le genre de Star Trek. Réalité alternative baby ! Avec les différents changements derrière la caméra, ce troisième opus avait une sacré pression sur les épaules. Pourtant, les différents retours critiques sont unanimes aux États-Unis : c’est une tuerie, sans doute le blockbuster de cet été, faites sonner la cloche nous avons notre gagnant. J’ai aimé Star Trek : Sans Limites, mais je n’irais pas autant dans ce degré de louange non plus.

Globalement, et après avoir vu les trois opus à la suite, j’ai vraiment cette impression que Star Trek : Sans Limites possède les mêmes forces, mais aussi les mêmes faiblesses que l’opus de 2009. Et pour une fois, je vais d’abord commencer par les faiblesses pour finir sur les bons points du film. Le point négatif majeur que j’ai est le personnage de Krall. Nous avons Idris Elba qui incarne le méchant d’un film Star Trek, et il est … il est nul. Krall est nul comme méchant. Aussitôt vu, aussitôt oublié.

Idris ElbaPar contre, si le film Power Rangers a des soucis niveau budget, recyclez moi ce costume pour un de vos méchants
qui reste petit avant de devenir géant à la fin pour se faire battre par le mégazord !

J’aime bien l’acteur Eric Bana, donc la phrase qui va suivre n’est pas à prendre comme une attaque envers lui. Le méchant dans le film de 2009 était nul. Aucun intérêt, aussitôt vu, aussitôt oublié. Mais j’attendais bien plus d’un Idris Elba en méchant que d’un Eric Bana en méchant. Parce que c’est Idris Elba bon sang ! Ce mec transpire le charisme. Et pourtant, nous avons un méchant inintéressant. Son histoire est pas trop mal mais sa motivation est beaucoup trop cliché et son design est un peu trop inintéressant pour réellement sortir du lot. Et quand on passe après Benedict Cumberbatch en Khan dans Into Darkness, ça le rend encore plus pâle en comparaison. Désolé Idris Elba, mais dans ce film … Tu crains un peu.

Néanmoins, je t’aime et avoir un calin entre tes bras chocolatés musclés pour ensuite se faire un restaurant serait pour moi un honneur. J’ai beaucoup de questions à te poser. Du genre … Pourquoi tu étais dans Ghost Rider 2 ?! Mais je divague !

Un autre point que je ne considère pas comme un mauvais point mais plutôt comme une opportunité manquée. C’est un avis purement personnel ici donc n’en prenez pas compte. Je ne spoilerais bien évidemment rien mais pour les grands fans de l’univers Star Trek, vu les éléments présentés dans le film, je pensais sincèrement que nous partions dans un arc reprenant le concept de Genesis. Je pensais sincèrement que nous allions dans cette direction et ça n’est pas arrivé. Pour moi, c’est dommage. Mais si vous voulez justement quelque chose de nouveau qui ne repose pas sur de la mythologie déjà présentée dans les anciens films, Sans Limites est là pour vous les amis !

Comme l’équipage de l’Enterprise, les anciens fans vont dans de nouvelles zones inexplorées de l’univers Star Trek, et c’est fantastique.

Jaylah + Simon PeggEntre Mission Impossible et Star Trek, Simon Pegg devient un badass !
C’est une phrase que je ne pensais jamais dire. Sans offense pour Simon Pegg, j’adore ce mec.

Simon Pegg a fait un bon boulot au niveau du scénario. Et Justin Lin s’en sort bien derrière la caméra pour des blockbusters massifs. Il n’y a donc rien de spécialement mauvais à dire sur ces deux points. Ce nouvel opus continue d’exploiter pleinement les forces de sa saga. Le casting est toujours aussi excellent avec une vraie complicité entre eux. Chris Pine dans son rôle de Kirk ? Toujours un plaisir à voir ! Zachary Quinto dans son rôle de Spock ? J’approuve. Il y a d’ailleurs eu un retour de ton qu’il n’y avait pas eu dans les précédents opus et qui est l’un des bons points du film ici : la relation entre Spock et le docteur McCoy, toujours incarné par Karl Urban. Ils sont très divertissants et les dialogues sont globalement très bons. On sent vraiment ce côté « familial » qu’il y a au sein de l’équipage de l’USS Enterprise, et c’est une énergie que l’on ressent.

Nous avons également une petite nouvelle : Jaylah. On nous la vend comme cette badass totale et même si elle est cool, je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle était incroyable. Plutôt sympa c’est sûr, mais il n’y avait pas de quoi se relever la nuit comme je pouvais lire dans certaines critiques presse.

Ce film nous offre également l’utilisation de la chanson Sabotage des Beastie Boys la plus cool de l’histoire du cinéma. Et ça, c’est définitivement un bon point !

McCoy & SpockUne idée de sitcom : la vie au quotidien de ces deux là à bord de l’USS Enterprise. JE VEUX ÇA.

Avec les récents décès de Léonard Nimoy et d’Anton Yelchin, je voulais voir si cela était adressé dans le film. Et je peux dire que j’ai trouvé ce film très respectueux de ce côté. Leonard Nimoy reste et restera un emblème de la science-fiction. Quant à Anton Yelchin, il est mort bien trop jeune. L’univers Star Trek a perdu 2 membres en quelques temps et ça ne fait jamais de bien.

Je ne veux pas faire celui qui ne prend rien au sérieux ou qui se montre impoli, mais voilà la transition que j’ai. Il y a aussi une absence que j’ai remarqué et qui n’est absolument pas justifié dans cet opus : pas d’Alice Eve dans le film ! Elle rejoint l’équipage à la fin d’Into Darkness mais pas une apparition dans Sans Limites ! C’est vraiment bizarre. Non pas qu’elle manque spécialement ou autre, son rôle était très secondaire après tout. Mais c’est bizarre que ça ne soit pas adressé. Et … Elle est quand même très belle cette Alice Eve.

Alice EveOù est-ce que je suis dans ce script ? Non mes yeux sont là Simon, où est-ce que je me trouve ?!

Star Trek : Sans Limites est un bon moment au cinéma. C’est définitivement l’un des meilleurs divertissements de cet été, sans aucun doute. L’univers est toujours aussi intéressant, le casting est au point et les histoires racontées sont aussi intéressantes. Est-ce que j’aimerais que ça aille plus loin dans la mythologie de l’univers ? C’est certain. Mais est-ce que je suis déçu de Sans Limites pour autant ? Non, pas une seconde ! Je vous le conseille sans hésiter. Je trouve juste dommage l’absence d’un méchant correct. Néanmoins, cela ne m’empêchera pas d’attendre avec impatience le futur 4ème opus quand il arrivera ! Star Trek est devenu une valeur sûre dans le monde la science fiction moderne, et voir sa longévité me fait plaisir en tant que fan.

Toujours pas mon apparition de Patrick Stewart par contre ! BORDEL JE VEUX MON PICARD MOI !!

USS EnterpriseA Leonard Nimoy et Anton Yelchin. Vous faites partie d’un univers qui continue de faire rêver des millions de personnes à travers le monde.
Votre héritage est fantastique. Longue vie et prospérité à tous.


Comme toujours, la petite pub en fin d’article pour rappeler qu’une page Facebook existe (ICI). Si jamais vous voulez causer cinéma ou Star Trek ou du charme d’Idris Elba, c’est l’endroit qu’il vous faut ! Sur ce, je vous remercie de la lecture et je vous dis à la prochaine ! Allez au cinéma c’est important !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.