C’est toujours un petit peu étrange pour moi de m’attaquer à un mastodonte comme Star Wars sur le site. Tout simplement parce que c’est de Star Wars dont nous parlons ici ! Et nous sommes aujourd’hui dans une nouvelle ère pour cette saga mythique avec non seulement l’arrivée d’une nouvelle trilogie faisant suite aux épisodes originaux, mais en plus des spin-off qui restent canoniques ! L’univers Star Wars n’a jamais été aussi riche et complet qu’aujourd’hui. On pourrait me contredire avec cette histoire d’univers étendu mais personnellement je n’y ai jamais attaché la moindre importance.

Le premier spin-off est aujourd’hui dans nos salles à travers le monde avec l’intention de rouler sur la concurrence en terme de score au box-office sur cette fin d’année. Un projet risqué puisque nous sommes en territoire inconnu. Nous pourrions être en face d’un film de seconde zone tout comme nous pourrions être face à un petit bijoux qui pourrait rivaliser avec le meilleur des épisodes principaux. Et tandis que nos yeux sont déjà tournés vers le spin-off consacré au personnage de Han Solo et surtout vers l’épisode VIII, il est temps de voir ce que la mission de vol des plans de l’Étoile Noire nous offre en terme d’expérience cinématographique !

Je vire ici ma casquette Stormtrooper de fan de la saga pour mettre celle du critique qui essaye d’être le plus objectif possible. On se craque les mains, on se prépare mentalement … Et c’est parti pour la review de Rogue One – A Star Wars Story.

Rogue One – A Star Wars Story, de quoi que ça nous cause ? Le film se déroule chronologiquement juste avant l’épisode IV. Jyn Erso se fait capturer par l’Alliance qui voudrait se servir d’elle pour atteindre son père, Galen Erso, ingénieur et créateur d’une nouvelle super arme de l’Empire, capable de détruire toute une planète : l’Étoile Noire. Pour ne pas risquer de perdre cette guerre avec l’arrivée de cette super-arme, Jyn et une bande de rebelles vont tout faire pour voler les plans de l’arme afin de les transmettre à l’Alliance pour créer un espoir. Un nouvel espoir.

Il y aura deux parties dans cet article : la review complète et normale, garantie sans le moindre spoil. Et une autre partie en fin d’article qui contiendra plusieurs spoils et qui s’adresse plus à ceux qui ont vu le film étant donné qu’il y a plusieurs points dont j’aimerais parler qui sont des spoils directs. Ne vous en faites pas, je préviendrais au moment où j’arriverais aux spoils. Maintenant que les choses sont claires, entrons dans le vif du sujet !

Tout d’abord, parlons d’un point important, à savoir le public visé par Rogue One. Le film n’étant pas un épisode principal, il était possible d’avoir la possibilité ici d’attaquer une nouvelle audience. Une audience qui aime les films de guerre intergalactiques mais qui se fiche royalement des sérieux soucis grammaticaux de ce bon vieux maître Yoda et qui ne veut pas avoir à se manger 3 films pour avoir l’histoire complète. Pour ce dernier point je vous rassure : Rogue One a un début, un milieu et une fin. Nous sommes bien dans un film fondamentalement différent dans sa structure et ses codes en comparaison avec un épisode principal de la saga. C’est pour ça d’ailleurs que je ne ferais pas de comparaison dans cet article. Je parlerais uniquement de Rogue One et de ce qu’il nous offre.

A tous les coups on va encore avoir des gros cons sur la toile qui gueulent que le personnage principal soit une femme.

Et ce qu’il nous offre majoritairement sont des scènes de batailles absolument géniales. C’est le gros point fort de Rogue One selon moi : son troisième acte. Toute la bataille sur les décors de plage sur la dernière partie du film est tout simplement jouissive. Que ça soit visuellement, avec des scènes impressionnantes comme les héros qui se font pourchasser par des AT-AT. Mais aussi en terme de réalisation. Nous avons parfois quelques longueurs sur les deux premiers tiers du film mais la dernière partie est tellement géniale que je vous le dis, ça en vaut la peine ! C’est également globalement pour cette raison que je vous conseille d’aller le voir au cinéma. Les batailles claquent !

Rogue One nous offre également un équipage haut en couleur. Malheureusement, ne vous attendez à rien en terme de personnalité. Le film ne passe pas assez de temps sur ses personnages selon moi. Même l’héroïne (incarnée par la très charmante Felicity Jones) n’a pas une personnalité qui déborde à l’écran. Vu le côté plus guerrier et violent du film, je comprends tout à fait qu’on ne passe pas 30 minutes sur chaque personnages, mais quand même … Un peu plus n’aurait pas été un mal. Histoire que nous nous sentions plus investis quand ils se retrouvent au centre d’une bataille, que nous craignions pour leur sort. Bref, un poil décevant de ce côté. Nous ne retiendrons pas la moitié des noms des personnages de l’équipe dès le lendemain.

Mention spéciale quand même pour deux d’entre eux : Donnie Yen, car il est ultra stylé. Vu que c’est Donnie Yen et que Donnie Yen est ultra stylé. Mais surtout c’est Alan Tudyk que je voudrais mettre en avant, le doubleur de K-2SO. C’est simple, ce droïde met à l’amende tous les autres droïdes de la saga, ainsi que tous les personnages du film. Les répliques sont bonnes, il apporte l’humour dans le film sans être lourd. Le tout se fait avec un ton assez sarcastique mais marche parfaitement dans l’esprit du film. Et le voir tabasser des stormtroopers avec d’autres stormtroopers est un spectacle très intéressant. Meilleur personnage du film sans hésitation !

Prends ça dans la gueule, BB-8 !

 

En plus des personnages, nous avons de nouvelles planètes, de nouvelles espèces extra-terrestres, de nouveaux vaisseaux, de nouveaux stormtroopers … Rogue One apporte définitivement sa pierre à l’édifice malgré son statut de spin-off. Mais malgré tout, un poil trop de clins d’oeil à mon goût. Certains sont directement des spoilers donc cela attendra la fin de l’article. J’aime qu’il y ait des clins d’oeil à d’autres opus d’une même saga. Cela donne de la cohésion au tout et cela fait plaisir aux fans, je le comprends parfaitement. Et nous avons 2-3 clins d’oeil ici qui n’ont aucune réelle incidence sur l’histoire principale. Cela fera plaisir aux fans de la première heure sans que cela ne frustre les spectateurs qui ont vu les films sans pour autant tout connaître par coeur. Mais nous en avons aussi certains où je me disais « sérieusement …? ». Encore une fois j’en parlerais à la toute fin de l’article, mais il se peut qu’il y ait quelques clins d’oeil qui sont trop lourds pour vous.

Je dois également en parler : Dark Vador. Ce dernier apparaissait dans les diverses bandes-annonces et autres spots publicitaires. Je vous le dis tout de suite : il est là peut-être 2 minutes à tout casser dans le film. Donc ne vous attendez pas à un gros rôle de sa part. Mais sur les 2 minutes où il est là, il met les pieds où il veut Little John, et c’est souvent dans la gueule ! Chacune de ses apparitions sont parmi les meilleures scènes ! Définitivement un méchant iconique !

Non Luke, je suis le patron !

Je vais conclure maintenant avant d’entrer dans la partie spoilers. Rogue One est définitivement un bon film qui propose quelque chose de différent tout en restant clairement dans la continuité des épisodes principaux de la saga. L’action est bonne et la réalisation très efficace. Cependant, malgré tout mon amour pour la saga Star Wars, je ne peux pas hurler au chef d’oeuvre. Les personnages pas assez intéressants et les quelques longueurs sur les deux premiers tiers du film font que je me dois de les signaler. On couple ça à une bande-son très peu marquante et quelques clins d’oeil un peu trop forcés et on obtient un film très sympathique, mais pas exempt de défauts. Néanmoins, en tant que fan de la saga ? Rogue One est à mettre avant l’épisode IV dans tout bon marathon Star Wars qui se respecte maintenant. Il ne fait pas honte à la saga, et c’est bien ça le principal. J’espère néanmoins que le futur spin-off centré sur Han Solo me proposera plus car il me manquait quelque chose avec Rogue One.

C’est parti maintenant pour les spoilers ! Je m’adresse à ceux qui ont déjà vu le film où ceux qui s’en fichent à partir de maintenant, vous voilà prévenus !

Est-ce que nous avions réellement besoin de voir Leïa à la fin ? Bon sang, que l’effet spécial du visage m’a sorti du film ! Vu l’âge de Carry Fischer, je me doutais bien que nous aurions quelque chose de ce genre, mais pour moi il ne fallait même pas qu’on la voit ! Elle apparait dans les 5 dernières secondes et ne sert à rien pour moi. Si elle était restée de dos tandis que le rebelle lui donnait les plans de l’Étoile Noire, le tout aurait bien mieux marché selon moi !

Mais celui qu’on voit le plus, c’est bien Gran Moth Tarkin. C’est un personnage important de l’épisode IV, je le conçois. Et je trouve que Peter Cushing est un acteur avec une vraie gueule. Mais l’acteur est malheureusement décédé depuis des années donc forcément, nous allions avoir comme pour Leïa de la Motion Capture pour le personnage. Mais pour moi, une scène avec lui suffisait amplement. Nous avons le directeur Krennic qui joue le méchant principal dans ce film, il suffisait ! Dark Vador était là pour faire le lien avec la trilogie originale et ça suffisait. Une apparition le temps d’une scène je veux bien, mais pas autant de scènes avec lui quand on voit aussi clairement qu’il n’est pas réellement là. Ça ne fait pas aussi faux qu’un Charles Xavier dans X-Men Origins : Wolverine (si vous revoyez ce film aujourd’hui, Patrick Stewart est flippant en version jeune !), mais ça reste suffisamment visible pour me sortir du film.

Un dernier détail qui personnellement m’a bouffé les nerfs quand je suis sorti du film : la toute première apparition de Dark Vador. Je ne parle pas de sa discussion avec le directeur Krennic, je parle bien de la toute première fois qu’on le voit, à savoir sans armure à flotter dans un tube. 20 secondes après, nous avons la scène de son apparition hyper bien filmée avec un effet d’ombre super impressionnant qui ajoute une aura encore plus importante au personnage. L’entrée méga classe pour un personnage méga classe. Nous n’avions pas du tout besoin de ces quelques secondes où il est à poil dans son bain, juste pour qu’on vienne lui annoncer que Krennic est arrivé. On s’en fout de ça et ça détruit l’effet selon moi !

Nous avons d’autres apparitions très sympathiques comme celle des pilotes Leader dans la bataille spatiale de la fin du film, ou celle de deux personnages de la scène de la Cantina dans l’épisode IV. Elles sont juste là pour faire plaisir aux fans, et je suis fan donc ça m’a fait plaisir. Mais voilà, malgré tout l’apparition non nécessaire de Leïa, la trop grande importance de Tarkin et la première apparition de Vador un peu désamorcé sont eux des clins d’oeil que j’ai trouvé un peu trop lourd et qui nuisent un peu au film. C’était faire plaisir aux fans pour faire plaisir aux fans, ça n’avait selon moi rien à faire dans le film final.

Le jour du débarquement … Version Star Wars.

 


Et vous, qu’avez-vous pensé de Rogue One ? Ou est-ce que vous n’en avez rien à foutre et le film que vous attendiez comme un fou cette semaine était A fond avec José Garcia ? Si c’est le cas, je serais un peu surpris mais ma foi, il en faut pour tout le monde ! Si ça vous dit de causer cinéma ou simplement d’être au courant des prochaines sorties d’articles sur le site, n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook. Sur ce, je vous souhaite une bonne fin d’année 2016 car mine de rien elle approche.

Et il va être bientôt temps de m’attaquer aux tops et flops 10 de l’année mine de rien !