Review : Hitman – Agent 47

« Pourquoi faire des efforts ? C’est une adaptation de jeux vidéos ! »

Cette phrase devrait être la phrase d’accroche sur l’affiche du film, parce que bon sang Hollywood n’en a vraiment rien à foutre de ces films. Ils font ça pour un petit chèque facile sans faire un seul effort. Surtout quand on sait que le scénariste engagé pour ce projet n’est autre que Skip Woods, à qui l’on doit les scénarios de … X-Men Origins : Wolverine et de Die Hard 5. Rien qu’avec ça dans ton CV, tu ne devrais plus avoir d’emploi. Et pourtant il a réussi à faire croire qu’il avait du talent et se retrouve donc scénariste pour Hitman : Agent 47.

Avec cette information en tête, je savais à quoi je m’attendais pour ce film : un scénario plus qu’aberrant de débilité. Mais la bande-annonce était suffisamment bien faite pour me laisser penser qu’au moins, les scènes d’action seraient suffisamment débiles mais jouissives pour que je passe un bon moment devant le film. Est-ce que c’est le cas ? Eh bien voyons ça dans la review d’Hitman : Agent 47. J’espère que Skip Woods ne trouvera plus jamais de travail, je hais cet homme pour ce qu’il a fait. Tiens, d’ailleurs je vais le rajouter à la liste des personnalités qui ne savent pas que je suis leur plus grand némésis. Voilà, juste en dessous d’Adam Sandler.  Parfait, commençons !

 

Hitman - Agent 47

 

De quoi nous parle ce film ? Eh bien de pas grand chose à vrai dire. Pas grand chose … On a 47 qui poursuit une fille qui a des capacités spéciales. Quand il la retrouve ils cherchent le père de la fille qui est recherché par une société maléfique qui veut créer des agents comme 47. Ils les empêchent et fin. Le pire dans le scénario du film est que tout le background est expliqué dans les 3 premières minutes du film avec une voix off qui nous donne tous les détails du scénario. Si ce n’est pas la manière la plus feignante d’expliquer un film, je ne sais pas ce que ce n’est. Un film devrait nous montrer le background de son univers ! Pas nous le balancer à la tronche en 2 minutes pour finalement lancer le reste en espérant que le public s’y intéresse. Si même les gens qui s’occupent du film ne s’intéressent pas assez à l’univers qu’ils créent au point de nous sortir une résumé bien nase en tout début, comment est-ce que le public peut s’y intéresser ?

Et … OH MON DIEU SKIP WOODS A AUSSI TRAVAILLÉ SUR LE PREMIER FILM HITMAN. Vous faites un reboot d’une adaptation de jeux vidéo au cinéma parce que la première adaptation du même jeux vidéo était foireuse mais vous réengagez le même scénariste qui est l’une des raisons principales pour laquelle la première adaptation était foireuse ?! MAIS VOUS ÊTES DES GÉNIES A HOLLYWOOD. DE GRANDS GÉNIES !

Bref, vous l’avez compris : Skip Woods nous a concocté ce qu’il sait faite de mieux : un scénario bien pourri qui nous fait nous demander « comment ce mec fait-il pour continuer de trouver un emploi ? » et « est-ce qu’un enfant de 7 ans pourrait pas faire mieux que ça ? ». La réponse à ces questions étant « Aucune idée … » et « Oui, sans aucuns doutes ». L’histoire est stupide, rien n’a de sens. Les dialogues sont tout simplement affreux tant on est dans le cliché total. Mais soyons sérieux 2 minutes. Entre vous et moi … Vous n’avez pas perdu un peu de poids ? Mais surtout, est-ce qu’on allait vraiment voir Hitman : Agent 47 pour son histoire ? Bien sûr que non. C’est pour l’action qu’on y va !

 

Timothy Olyphant– Voilà, je suis bien prêt à me mettre une balle en pleine tête pour ne pas être choisi pour le nouveau film Hitman.

L’action. C’est clairement la seule raison pour laquelle des gens auraient envie de voir Hitman : Agent 47. Est-ce qu’au moins, c’est du tout bon de ce côté ? … Mouais. Ça va. Nous avons quelques fulgurances durant certaines scènes qui m’ont vraiment fait rire de bon coeur en salle. C’était complètement débile, mais tellement fun. Que ça soit la copie éhontée d’une scène dans le premier Matrix (quand Néo déploie son manteau pour montrer qu’il a énormément de flingues) ou alors une impression de voir un Terminator ou un Vendredi 13 quand on voit 47 avancer très lentement vers sa cible mais une scène après il s’est quasiment téléporté … C’est tout plein de petits détails qui donne ce goût de navet si particulier. Ce navet dont vous savez qu’il n’est pas bon, mais vous le savourer malgré tout. L’action dans Hitman : Agent 47, c’est ça. C’est complètement débile, mais pourtant on y trouve une satisfaction.

Une satisfaction qui reste quand même à mettre entre guillemets parce que bon sang quand on voit les effets spéciaux durant ces scènes ça pique les yeux. Que ça soit les explosions qui sont parfois plus qu’affreuses, ou les nombreux hommes de main qui n’existent pas réellement … Des effets spéciaux comme ça en 2015, ça devrait être interdit. Je pense notamment à une scène où 47 et l’héroïne sont poursuivis à moto par les méchants (oui, ça fait enfant, mais c’est écrit par des enfants donc ça reste dans le thème) … Visuellement, c’était juste affreux.

Matrix– Your move, Keanu Reeves !

Restons une petite minute sur les méchants d’ailleurs : qu’est-ce que foutait Zachary Quinto dans ce putain de film ? Tu es le nouveau Spock mec ! Tu es dans Star Trek ! Tu es bien au dessus de ça ! On voit tout le long qu’il n’a pas envie d’être ici. Ce qui rend les scènes où il affronte 47 assez ennuyeuses. Alors quand on voit ce que nous donne la toute fin avec la scène post-générique qui nous annonce qu’ils ont plein d’absences d’idées pour un éventuel Hitman 2, on a juste envie de faire une petite tape sur la tête des producteurs en leur disant « Oh, c’est mignon de penser que ça va vraiment arriver ». Ce qui est dommage car l’acteur principal Ruppert Friend est vraiment pas mal dans ce rôle ! Il ne doit pas avoir beaucoup d’émotions donc on peut se dire que c’est facile à jouer mais Ruppert Friend joue dans la série Homeland et donc a des émotions. Physiquement j’avais quelques doutes au début mais il m’a convaincu. Bref, si on l’avait gardé mais avec un vrai scénariste et un réalisateur qui essaye de faire autre chose qu’une imitation de Paul W.S. Anderson (vous savez, Paulo, pas le bon Paul Anderson, le mauvais, celui qui fait les Resident Evil), on aurait pu avoir un film d’action vraiment sympa comme l’est un John Wick par exemple.

Hmmm ...Tu blesses mes sentiments à conseiller un autre film que le mien dans un article parlant de mon film.

C’est d’ailleurs ce que je vous conseillerais en conclusion : ne regardez pas Hitman : Agent 47. Regardez plutôt John Wick qui est bien plus efficace et bien plus jouissif à suivre dans le genre « assassin invincible qui tue plein de monde pendant le film ». J’espère aussi qu’Hollywood va arrêter de donner du travail à Skip Woods. Cet homme ne devrait plus s’approcher d’un stylo car à part faire du mal aux cerveaux des gens, il ne sait rien faire.

J’espère que cet article vous a plu. Si vous voulez vous tenir au courant des sorties d’articles sur le site ou d’autres bêtises du genre, n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook du site (ICI). Plus on est de fous, plus on rit ! On pourra même causer de John Wick. Pas de Hitman : Agent 47 par contre.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.