Review : Deepwater

Nous avons tous un acteur qui nous pousse à aller voir un film, même si le film ne semblait pas être forcément parmi ceux que l’on prévoyait de voir. Pour ma part, les films catastrophe ne sont vraiment pas ma tasse de thé. Je les trouve généralement assez médiocres. San Andreas, 2012, Le Jour d’Après … Je ne pense pas être la cible de ce genre spécifique. Alors forcément, quand j’apprends qu’un film sur l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon (causant la plus grande marée noire de l’histoire des États-Unis) allait sortir, je me suis dit que le projet est intéressant mais je n’étais pas plus attiré que ça.

Mais j’ai vu le casting et là … Tout a changé.

– Tu veux qu’on aille voir Deepwater ? Il a l’air pas mal.
– Pas spécialement mais bon pas grand chose ne m’intéresse au cinéma en ce moment.
– Il y a Mark Wahlberg dedans, ça peut le faire.
– Mouais …
– Ah il y a aussi cet acteur que tu aimes bien … Kur … Kurt Russell ?
– Attends, quoi ?!
– Et là il a une moustache dans le film.
– *déjà prêt et dans la voiture* Ramène toi bon sang pourquoi on y est pas encore ?! Le film commence à peine dans 4h37 !

Je le reconnais et j’assume : la seule raison pour laquelle j’ai vu Deepwater en premier lieu est la présence au casting de Kurt Russell. Et parce qu’il a une moustache dans ce film. Mais bon, peu importe l’origine de ma vision du film, ce qui compte c’est que je l’ai vu et que je peux vous en parler maintenant ! Alors, parlons pétrole, parlons moustache, parlons de Deepwater.

 

deepwater

 

Deepwater est donc un film retraçant l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon qui causera la plus grande marée noire de l’histoire des États-Unis. Nous voyons ce film à travers Mark Wahlberg, incarnant un ingénieur électricien travaillant sur la plate-forme.

Le scénario est ici extrêmement simple puisque nous verrons les personnes qui travaillent sur cette plate-forme essayer de survivre à cet incident. Mais malgré sa simplicité, j’ai trouvé Deepwater tout à fait honnête. La review risque d’être assez courte car globalement je n’ai pas grand chose à dire sur le film. Je l’ai apprécié et j’ai été surpris de l’apprécier. Comme je l’ai dit dans l’introduction, les films catastrophe ne sont vraiment pas mes films préférés. Et pourtant ce dernier réussit mieux selon moi que la plupart des autres films du genre qui ont une menace bien plus grande. Je sais que c’est basé sur une histoire vraie mais je vais le voir ici uniquement en tant que film. Et cette échelle un peu plus normale comparée aux menaces mondiales auxquelles nous avons le droit dans d’autres films (2012 pour le citer à nouveau par exemple qui concerne toute la planète) rend le tout bien plus efficace selon moi.

Le décor est unique et planté dès le début. Je n’ai pas cette impression que j’ai souvent dans les autres films catastrophe d’être devant une succession de séquences plutôt que devant un film. Ici le tout se passe au même endroit, ce n’est pas un tremblement de terre, suivi d’un raz de marée et qui se termine par la chute d’une météorite. Nous sommes sur une plate-forme pétrolière avec une centaine de personnes à son bord et c’est tout. Le fait de ne pas voir des milliers de personnes mourir rend également les séquences plus oppressantes quand il y a un danger pour les quelques personnes que nous suivons.

wahlbergSurtout qu’ils s’en prennent quand même plein la gueule les pauvres bougres !

La réalisation y est aussi pour beaucoup. Plusieurs séquences sont vraiment oppressantes tout au long du film, avec la situation qui devient de pire en pire en raison du même sujet auquel nous sommes habitués alors qu’il ne faudrait pas que nous le soyons : les grandes entreprises sont cupides. Le tout est basé sur une histoire vraie donc je peux le dire sans avoir peur de tomber dans le cliché puisque c’est réellement arrivé. Le tout a été fait par la décision d’un homme cupide (incarné ici par John Malkovich) et qui voit et subit l’ampleur de la catastrophe qu’il a causé.

C’est globalement le même message que l’on a dans tous les films du genre mais c’est un message que je trouve toujours important de rappeler : la nature trouve toujours un moyen de gagner à la fin.

Mais on s’en tape du message écologique, regardez moi cette glorieuse moustache !

Ohhh yeaaahhhhh Kurt Russell is in the house !

Oui je n’ai pas grand chose d’autre à dire sur Deepwater. Comme je l’ai dit, nous sommes face à des gens qui essayent de survivre et tout le film est sur ce sujet. Le casting est bon, plusieurs scènes sont vraiment impressionnantes et je suis ressorti d’un film catastrophe sans avoir envie de me tirer une balle en pleine poire. C’est qu’il a fait quelque chose de bien ! Puis Kurt Russell en moustache les amis. Quand même !

Bref, je vous le conseille. Pour les fans des films catastrophe ce côté plus réduit du film pourrait peut-être vous gêner mais je trouve pour ma part que ça sert au film. La réalisation est également bonne … Bref, un divertissement tout à fait honnête sur un accident écologique gravissime. Efficace !


Je bosse actuellement sur le second « Parlons peu, parlons bien, parlons ciné » qui parlera notamment des épisodes I, II et III de la saga Star Wars ! J’espère que cela vous plaira quand cela sortira ! Le premier était sur (500) jours ensemble et sur le thème de la créativité. Je ne vous révèle pas le thème pour le numéro 2 pour le moment mais ça change un petit peu des discours qu’on peut voir sur le net à propos du cinéma. D’ici là, n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook du site. Je m’en sers pour partager des reviews exclusives, des news et tout le tintouin. Oui, je dis tintouin en 2016. Je suis fou.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.