Review : American Nightmare 2 – Anarchy

C’est en m’attaquant à cet article que je me suis rendu compte de deux choses :

1) Si j’ai déjà fait la review du premier film American Nightmare, c’est que mine de rien je commence à avoir de la bouteille dans le domaine. Certes il est sorti l’année dernière, mais ça fait un paquet de films dont j’ai parlé ! Et ça, ça me fait plaisir car justement si je continue, c’est que j’aime toujours autant parler cinéma.

2) Aujourd’hui nous sommes le 24 juillet, et donc le site de l’Antre du Greil souffle sa 3ème bougie ! Yeaaahhhhh !!

Je vais donc faire ce que toute personne logique fait : parler d’un film qui ne compte pas du tout pour moi, c’est juste qu’il est sorti en salle ! …. AVEC DE LA COKE ET DES PUTES !! *enlève son slip*

YOUWWWHHHOOUUUUUUUUUU !!!!!!!

Ah et si vous voulez le lien de ma review du 1er American Nightmare, c’est ICI. En gros, le concept est génial mais le film qui ne l’exploite absolument pas. DES GÉNIES LES MECS !! DES GÉNIES !!

 

Affiche American Nightmare 2

 

De quoi qu’il nous cause le film ? Je tiens à préciser que c’est le seul film dont j’excuse le changement de titre. Parce que traduire The Purge chez nous, c’est se tirer une balle dans le pied j’en ai conscience. Mais le reste du temps je déteste ça quand même.

Bref, American Nightmare 2 se déroule exactement 1 année après les évènements du premier opus. Nous suivons 3 groupes de personnes (une mère et sa fille, un couple et un homme qui veut profiter de la purge pour exercer sa vengeance) se retrouvant au milieu de la ville lors de la fameuse nuit de la purge, forcés à collaborer ensemble pour survivre au chaos total.

Et ce film m’a fait plaisir les enfants ! Je vous le dis ce film a été un petit plaisir coupable. Je m’attendais en ayant vu la bande-annonce à au moins ne pas m’ennuyer ferme dans la salle comme je l’avais fait pour le premier film. Mais c’est tout. Au final je suis ressorti de la salle vraiment heureux d’avoir vu un film de série B qui s’assume totalement. J’avais l’impression de mater un film de gangs des années 80 !! Et ça m’a fait du bien parce qu’on en fait plus des films comme ça. Et c’est cool que celui-ci ait compris que faire des jump-scares ça ne marche plus depuis un moment (même si le film s’en permet 1 ou 2 … les habitudes ont la vie dure). On enlève donc totalement le côté un peu horrifique de pacotille et on tombe dans le film d’action violent. Et c’est tout ce que je lui demandais.

Parce qu’un concept comme ça, c’est pas fait pour l’horreur, c’est fait pour l’ambiance des films violents à l’ancienne, un côté un peu Détroit dans Robocop (l’original hein, celui qui envoyait du steak niveau violence). On tourne enfin le film dans une ville entière et pas seulement dans une maison. Ça défile dans les rues, ça va dans les immeubles, les tunnels … Et surtout c’est le chaos total. Et c’est jouissif ! Une petite scène pour vous montrer l’ambiance, nous avons un gros plan sur la tête de l’un des personnages principaux à l’arrière d’une voiture, et comme une fleur derrière lui on voit un camion en feu traverser la rue. C’est con, mais c’est ce qu’on veut !

Du bon gros beauf bien bourré avec un fusil sniper sur le toit d’un immeuble, une cinglé qui ne fait que hurler dans son mégaphone tout en mitraillant des passants … On a tout ce qu’il nous faut côté cinglés !

 

GodMec, tu as oublié un E à ton mot … Maintenant tu passes pour un abruti analphabète devant tout le monde, c’est dommage.

Malheureusement on retrouve aussi quelques clichés qui m’emmerdent un peu, mais comme ce n’est pas un film qui se prend au sérieux je lui pardonne. Je parle des riches blancs qui voient ça comme un jeu en faisant des enchères, et qui s’attaquent aux plus pauvres pour se défouler. Ce n’est qu’un détail certes, mais bon changer un peu les clichés ne serait pas de refus parfois.

Le film n’a pas de réelle histoire bien entendu, il ne s’agit que d’un immense survivor game d’une nuit. Mais malgré cela, American Nightmare 2 se permet tout de même d’étendre un petit peu l’univers du film. Il ne nous manque plus qu’un 3ème film qui servirait de precquel et je serais aux anges. Comme je le disais : le concept de cette saga a tellement de potentiel que l’on peut partir dans toutes les directions possibles, et c’est ça qui rend cette suite cool, mais surtout infiniment supérieur au premier film.

Carrie, version roumaineJ’hésite avec cette photo … Je l’insulte de Carrie roumaine, ou je balance la citation « Encore une qui a ses ragnagnas » de Scary Movie 2 ?

Je n’ai rien de plus à vous dire les amis. C’est un film de série B efficace, qui a enfin commencé à utiliser son concept d’une vraie bonne manière. Il est tout ce que j’attendais du 1er film. On ne s’ennuie pas une seconde et on ne se prend pas la tête non plus. American Nightmare 2 sait ce qu’il est et ce qu’il doit délivrer. Et c’est pour cette raison qu’il est bien plus sympathique à suivre en comparaison. Et on ne va pas se mentir : cette semaine est un petit peu la semaine des sadiques, car The Raid 2 est sorti (vous pouvez retrouver la review sur ce site également) aujourd’hui aussi. Donc entre cette série B assez violente sans être exagéré, et un film d’arts martiaux qui vous fait l’effet de vous éclater la colonne vertébrale, c’est le moment d’aller en salle !

Mais avant de partir, je veux vous donner un petit coup de coeur que j’ai eu pour l’acteur principal de ce film : Frank Grillo. Pour les plus physionomistes, si ce monsieur vous dit quelque chose c’est normal : il était l’un des agents d’HYDRA infiltré dans Captain America 2. Eh bien je vous le dis : si on fait un nouveau film sur la licence The Punisher : envisagez ce mec ! IL EST TROP BADASS PUTAIN !! Il déchire ! Une vraie tronche, il en jette, il a des flingues et il tue plein de monde. Il est juste trop cool ! Et il fait peur à une vieille conne à un moment, c’est drôle. Je le dis donc sur l’internet pour que tout le monde le voit : JE T’AIME FRANK GRILLO ! TU DÉCHIRES MEC !!

Si on me le met en tête d’affiche d’un film d’action, je fonce sans réfléchir ! TEAM GRILLO !!

Frank GrilloC’est ainsi qu’une merveilleuse histoire d’amitié et de passion commença, entre le Greil, jeune cinéphile patenté, et Frank Grillo, mec ultra badass.

On se fait une bouffe quand tu veux !

Sinon, ça fait 3 ans que le site existe. Un moyen de me souhaiter un joyeux anniversaire ? Si je te demande un chèque je passerais pour un mec qui a une secte, ce que je suis. Mais là c’est pour mon site, alors juste jeter un coup d’oeil et peut-être liker la page Facebook serait déjà top (ICI). Un gros bisous à tous ! FAIS MOI UN ENFANT FRANK GRILLO !!

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.