October of Horror – #28 : Silent Hill

Une bonne adaptation de jeux vidéos au cinéma ? On peut le dire, ça se compte sur les doigts d’une main. Et l’une de mes sagas de jeux préférées n’est autre que Silent Hill. Alors comprenez-moi les amis : une bonne adaptation de jeux vidéos au cinéma, basée sur l’une de mes sagas de jeux préférées ? C’est rare et du coup fortement appréciable. Bon, techniquement je trouve que le film Doom est hilarant, mais là on entre vraiment dans l’amour pur du nanar. Profitons donc d’un bon film basé sur une bonne série de jeux (pour la plupart) et savourons cette honneur qui nous ait réservé.

Il n’est pas parfait, ça c’est sûr. Je vais vous en parler après tout donc je vais forcément passer par ses défauts. Mais quand même, si ce film est souvent cité comme l’une des meilleures adaptations de jeux au cinéma, ce n’est pas pour rien ! On prend donc notre cher réalisateur français Christophe Gans et on lui attribue un projet intéressant mais risqué … Et c’est comme ça que Silent Hill est né.

120x160 Teaser Silent Hill OK

De quoi nous parle Silent Hill ? L’histoire se concentre sur une famille passant par des épreuves difficiles : la fille adoptive du couple semble faire de nombreux cauchemars où elle y évoque une ville en particulier : Silent Hill. La mère décide donc d’y emmener sa fille pour essayer de comprendre l’origine de ses cauchemars. Elle va cependant très vite se rendre compte que quelque chose ne va pas avec cet endroit : à peine arrivée, sa fille a disparu et d’étranges créatures apparaissent. C’est au milieu d’un véritable enfer qu’elle va se mettre à la recherche de sa fille pour partir de cette ville maudite.

Ne passons pas par 4 chemins : Silent Hill est un bon film. Contrairement à beaucoup d’adaptations, on a vraiment le ressenti de l’intérêt et du respect de Christophe Gans pour son projet et pour l’oeuvre originale. Le film est d’ailleurs suffisamment bon pour être apprécié par d’autres personnes que les joueurs qui connaissent déjà l’univers de Silent Hill. Évidemment, nous avons des clins d’oeil aux jeux ici et là, mais ce n’est pas le point central du film. Silent Hill a sa propre histoire, sa propre ambiance. Ce n’est pas l’adaptation d’un jeu en particulier, c’est plus un film qui reprend des éléments de différents opus de la saga pour en faire sa propre histoire. On lie à tout ça des thèmes forts comme la famille et la matriarchie (ouh la vache j’essaye de me la péter avec ce mot). Christophe Gans a vraiment compris ce qu’était l’essence de Silent Hill et cela se voit à l’écran. Cela s’entend également d’ailleurs, puisque nous avons en guise de fond musical différents thèmes majeurs du jeu ! Là encore, j’apprécie le respect du jeu. Les musiques dans ces jeux sont déjà tellement uniques et efficaces, un simple remix ou un autre thème pour le film n’aurait tout simplement pas pu rendre justice à cette saga.

Continuons dans les bons points tant que nous y sommes : ce n’est pas le film d’horreur classique qui nous fait bondir des trucs au visage à la moindre occasion. On dit au revoir aux jump-scares et on dit bonjour à un vrai travail sur l’ambiance. Les décors et le design des créatures sont vraiment réussis. Globalement, on ressent ce sentiment glauque et étrange propre à Silent Hill. Dans l’ensemble, j’aime vraiment beaucoup ce Silent Hill et le revoir plusieurs fois ne me dérange jamais car il n’est pas lourd. Enfin sauf la fin … Ce qui me sert de transition parfaite pour parler des mauvais points de ce Silent Hill.

Commençons par la fin du coup : tout le film était avant tout une histoire d’ambiance, alors quand la scène de l’église à la fin du film arrive, je suis simplement dans l’incompréhension : la scène tourne à un massacre gore et ridicule avec des barbelés qui tuent toutes les personnes présentes d’une manière particulièrement violente. Cette scène n’a pour moi strictement aucun intérêt, et fait limite plus mal au reste du film que le reste, tant elle est grotesque en comparaison à ce que tout le film faisait auparavant. Vraiment, je ne comprends pas cette scène. Ce n’est pas la seule chose que je ne comprends pas d’ailleurs : Sean Bean, pourquoi t’es là ? Qu’il n’y ait pas de méprise, j’aime beaucoup Sean Bean, là n’est pas la question. Mais toute la sous-intrigue sur lui qui essaye de rechercher sa femme est un peu trop présente et surtout un peu trop ennuyeuse pour qu’il y ait un moindre intérêt de ma part envers ce qui lui arrive. Alors oui, il mène sa petite enquête sur ce qu’il s’est passé à Silent Hill et ça expose un peu l’univers, c’est pas mal, mais bon sang les aventures de ta femme sont juste 10 fois plus intéressantes ! Concentrons-nous sur elle bon sang ! Et puis il y a Pyramid Head aussi quand même ! … Bon, j’adore Pyramid Head, je trouve que c’est une créature emblématique. Mais l’avoir dans ce film est clairement juste pour faire plaisir aux fans, car sa présence n’est absolument pas justifiée dans ce film. Il est cool, donc ça ne me dérange pas plus que ça, mais il faut quand même justifier qu’il ne s’agit ici que de pure démagogie pour attirer les fans.

Un dernier point à signaler qui est cette fois-ci purement personnel donc je pourrais totalement comprendre si je suis le seul dans ce cas : Silent Hill manque un peu de finesse quand même. Ce qui faisait la force des jeux était qu’on ne nous expliquait pas tout. Le jeu se basait énormément sur l’interprétation que nous en faisions, sans nous dire clairement de quoi il en retourne. Et c’était une excellente chose car même le jeu fini, nous pouvions toujours y réfléchir pendant un bon moment, se remémorer des passages pour essayer d’y trouver un indice etc… Dans le film par contre, on nous explique tout avec de beaux flashbacks … Et personnellement, ça me soule. Je voulais conserver ce mystère où après le film on devait réfléchir aux différents éléments pour essayer d’assembler le tout. Mais non, rien de tout ça. Et je ne pense pas que ça soit vraiment de la faute à Christophe Gans, je pense au contraire que c’est plutôt la responsabilités des producteurs qui ont dû mettre la pression pour amener le film à la portée de tous les spectateurs. Je ne dis pas que le film devient pour autant débile et nous prend pour des débiles, mais c’est comme ça que je le ressens.

Malgré tout ne nous plaignons pas : Silent Hill est un film vraiment sympathique. L’ambiance est bonne, l’histoire tient globalement la route … On ajoute à ça un bon casting et on obtient un résultat des plus efficaces. Malheureusement, des petites faiblesses ici et là font quand même tâche. Cela reste néanmoins une adaptation des plus honnêtes et que l’on peut revoir sans être ennuyé. Je dis bravo à Christophe Gans pour le travail qu’il a apporté avec ce film, que je trouve vraiment respectueux des jeux. Dommage que le second film fut un énorme crachat à mon visage.


Pas besoin de faire de mystères du coup vu qu’il n’y a qu’un seul autre film Silent Hill : demain je vous parlerais de tout ce qui ne va pas dans Silent Hill : Revelation. Car ne nous mentons pas, il n’y a quasiment rien qui aille dans ce foutu film. Mais bref, ne nous énervons pas contre la suite et savourons notre soirée ! Demain on s’énervera. D’ici là, si vous souhaitez vous tenir au courant de l’actualité du site ou même du cinéma en général, n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook qui est là pour ça !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

1 commentaire sur “October of Horror – #28 : Silent Hill

  1. C’est vraiment ton ressenti pour la tuerie à l’église car j’ai trouvé que cette scène concluait le film en apothéose.^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.