October of Horror – #26 : The Thing

Il était absolument impossible de ne pas aborder au moins une fois durant ce mois le travail de monsieur John Carpenter. Que ça soit dans le domaine de la science-fiction avec les cultissimes New-York 1997 et Invasion Los Angeles (RIP Roddy « Rowdy » Piper) ou de l’horreur avec le film dont je vais vous parler aujourd’hui, il a clairement marqué le cinéma de son empreinte. Certes, les années 2000 ne l’ont pas épargné avec ses 2 derniers films que sont les deux mauvaises blagues que sont The Ward et Ghost of Mars, mais sa carrière reste néanmoins remarquable. Il était donc évident que je parlerais forcément de ses films, que ça soit Halloween, la nuit des masques ou encore The Thing. Je vous spoile un petit peu les derniers films que je traiterais mais je compte également parler d’Halloween, la nuit des masques.

Aujourd’hui cependant, on va se concentrer sur son autre film qui m’a tellement marqué qu’il fait partie de mes films préférés. Nous allons nous concentrer sur un film tellement marquant qu’il est pratiquement toujours premier dans la liste des meilleurs remakes de l’histoire du cinéma (car oui, c’est un remake d’un film de 1951 !) tant il a supplanté le film original : nous allons nous concentrer sur le classique de 1982 et l’un des meilleurs films de science-fiction horrifiques existants : The Thing.

Puis il y a Kurt Russell dedans quand même ! C’est pas rien !

The Thing (1982)
 

De quoi nous parle The Thing ? Nous sommes en Antarctique dans une station de recherche américaine. Une scène sort de l’ordinaire au milieu de ce désert de neige : un norvégien chasse un chien en lui tirant dessus. Après qu’il ait blessé un des américains présents, le norvégien est tué et le chien ramené au sein de la station de recherche. Ce qu’ils ne savent pas, c’est que si le norvégien chassait ce chien avec autant de férocité, c’est parce que le chien est en réalité une entité métamorphe extra-terrestre. Cette entité peut changer d’apparence et n’a qu’un seul objectif : tuer tous les américains présents dans la station. La tension s’installe vite au sein de la station, il n’est plus possible de faire confiance à qui que ce soit, puisque la chose peut être n’importe qui.

Pas besoin de vous cacher mon avis sur ce film : je le trouve tout simplement parfait dans son genre. Tout dans ce film me plait. Même si il s’agit d’un film avec une menace extra-terrestre, nous n’avons pas un film qui en fait des tonnes. C’est un peu comme le tout premier Alien qui repose avant tout sur son ambiance, tout en cachant un maximum la créature en question, la rendant plus menaçante. Ici, c’est pareil. Nous avons évidemment pas mal de scènes avec la créature qui tue quelqu’un ou qui se métamorphose d’une façon particulièrement graphique et immonde, mais le fait que la créature puisse prendre l’apparence d’un être humain rend le tout encore plus effrayant pour nous en tant que spectateur.

Car le film rend le tout vraiment tendu et ce tout du long : nous ne savons pas quel personnage présent à l’écran est la chose. La paranoïa augmente donc au fur et à mesure, tout comme la tension. Sans même avoir la créature physiquement présente à l’écran, nous avons constamment du suspense qui est maîtrisé à la perfection par la réalisation. Le tout culmine notamment à la fameuse scène du test sanguin, sans doute la scène la plus marquante du film. Pour ceux qui n’ont pas vu le film, je ne révèle rien, mais je vous encourage très fortement à regarder ce film ! Car ce dernier a foutrement bien vieilli !

The Thing date de 1982 donc effectivement, nous n’avons pas des effets spéciaux qui sont présents tout au long du film. Mais ces derniers sont utilisées de manière particulièrement intelligente et surtout sont encore valables malgré leur âge ! Quand nous voyons le chien au début éclater et manger les autres chiens du chenil, la scène est toujours aussi efficace, nous sommes vraiment pris dans le film de par l’apparence que la créature prend. Apparence que nous ne connaitrons jamais d’ailleurs, ce qui rend la chose si mystérieuse, si dangereuse, mais si intéressante.

La chose a beau être le centre de tout le film, tout comme la paranoïa entre les américains, nous avons quand même une distribution de qualité pour ce film. Kurt Russell et Keith David en tête. Quand je vois que ce dernier était dernièrement dans la dernière saison de la série comique Community, le revoir dans un rôle si sérieux dans The Thing me prend un peu par surprise je dois l’avouer.

Est-ce qu’il y a vraiment besoin de parler de l’ambiance générale dans ce film ? L’ambiance est la raison pour laquelle le film est si bon dans son genre. Entre la tension constante et le cadre de l’Antarctique qui accentue la solitude de l’équipe au milieu d’un désert de glace, il n’y aura pas d’aide pour eux et on ressent cette détresse. On ajoute à ça la bande originale tout simplement sublime du film et on obtient un cocktail des plus savoureux. Bande originale que nous devons au grand maître Ennio Morricone. John Carpenter n’est pas celui derrière la bande originale du film ce qui n’était pas dans ses habitudes à ce moment. Mais je le remercie d’avoir fait l’exception pour ce film car la bande originale de The Thing est une tuerie dans son genre. Même si une composition originale de John Carpenter est toujours un grand moment, après tout le thème principal d’Halloween, la nuit des masques est l’un des plus grands thèmes du genre de l’horreur au cinéma. Rien que ça ! Eh oui, le Greil est dithyrambique avec The Thing ! C’est l’un de mes films préférés en même temps, que voulez-vous que j’y fasse ?!

Je ne peux que vous conseiller de voir The Thing si vous ne l’avez jamais fait. Et je vous conseille de le revoir si cela fait un bon moment que vous ne l’avez pas vu ! La réalisation et la bande-originale sont impeccables, on y ajoute à ça une des créatures les plus terrifiantes de l’histoire du cinéma et une ambiance maintenue tout du long du film à la perfection, quelques scènes cultes et des effets visuels toujours aussi efficaces et nous obtenons l’un des meilleurs films de science-fiction existant. Ce n’est pas un film d’horreur à proprement parler, mais le film a une ambiance que certains films d’horreur rêveraient d’avoir. Donc on se pose tranquillement sur le canapé, et on prend une leçon de cinéma en regardant The Thing.


Du coup, si vous avez lu l’article d’hier, vous savez que je vais vous parler d’un film lié à The Thing … Et ce film est The Thing, la precquel de 2011. En même temps, il n’y en a pas d’autres donc je ne vois pas vraiment quel film ça pouvait bien être à part celui-ci ! Et nous sommes à la dernière ligne droite les amis, le mystère n’est plus vraiment de mise !

En tout cas, j’espère que cet article vous a plu, et surtout motivé pour voir ou revoir The Thing, j’aime vraiment beaucoup ce film. Si vous souhaitez montrer votre soutien à mon humble antre, n’hésitez pas à jeter un oeil à la page Facebook du site. D’ici là, je vous dis à demain pour parler à nouveau de The Thing ! Mais pas le même The Thing, le The Thing moins bien que le The Thing. C’est compliqué quand le film a exactement le même titre …

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.