October of Horror – #20 : Unfriended

Notre génération est noyée dans les nouvelles technologies. Chaque année, on a ce nouveau réseau social révolutionnaire qui arrive et qui change tout, nous avons ce nouveau téléphone si incroyable technologiquement que c’est une révolution. Apple et Samsung se font une guerre constante dans un seul et même but : qu’on achète leurs produits hors de prix. Alors forcément, pour le monde du cinéma, c’est une véritable mine d’or. Que ça soit dans le registre de la comédie ou dans les biopics avec The Social Network par exemple, nous voyons que le cinéma s’intéresse à ces nouvelles technologies. Et c’est normal après tout, on va chercher les idées où le succès est. Et quand on voit les records de vente et le nombre de personnes sur les réseaux sociaux, il fallait se douter que ces deux domaines fusionneraient un jour.

C’est sur ce concept qu’un très récent film d’horreur est sorti : Unfriended. La particularité de ce film est que tout se déroule à travers une conversation Skype. C’est un petit peu comme les films found footage comme Le projet Blair Witch ou plus récemment la saga Paranormal Activity, mais utilisé à travers le prisme de la technologie.

Nous sommes donc devant notre écran, pour que je vous parle d’un film qui se passe devant un écran. Est-ce qu’il y a des niveaux plus profonds des rêves ? Parce que j’ai l’impression de nous sortir une Inception là. Bref, causons problèmes adolescents, mac et fantôme. Causons Unfriended.

Unfriended

Oula, cette introduction semblait un peu trop pessimiste et hautaine ou c’est moi ? Je n’ai rien contre les personnes qui sont fans d’une marque ou d’une autre. Je reconnais que c’est quelque chose qui me passe totalement au dessus, mais si ils ont les moyens et qu’ils en ont envie, qui suis-je pour les juger ?

Et c’est pareil pour le film Unfriended d’ailleurs. Je peux sembler un peu hautain avec ce film. D’ailleurs, je vous le dis tout de suite : je n’ai pas aimé Unfriended. Je l’ai trouvé vraiment trop faible en tant que film d’horreur, et surtout les personnages sont vraiment trop détestables pour que je puisse m’intéresser à ce qui leur arrive. Du coup, quand ils mourraient, il était vraiment difficile d’être affecté d’une manière ou d’une autre. Mais parlons tout de même du film car il reste intéressant dans sa forme.

Qu’est-ce que le film nous raconte ? Unfriended se passe donc pendant une conversation Skype entre plusieurs amis. Cela fait un an qu’une amie qu’ils ont en commun, Laura Barns, s’est suicidée. Et ce malheureux anniversaire semble être l’occasion parfaite pour quelqu’un puisqu’une autre personne est présente dans la conversation, utilisant le compte Skype de Laura. Très vite, les choses vont virer au cauchemar pour le groupe.

L’histoire est ultra basique et n’a pas de réel intérêt. C’est la vengeance d’un fantôme contre un groupe d’adolescents débiles … On apprend très vite qu’il n’y en a pas un pour rattraper l’autre, qu’ils sont tous aussi détestables … Bref, de bons adolescents bien comme il ne faut pas. On en connait tous donc pas la peine de se cacher, ce cliché de l’adolescente hyper vulgaire et prétentieuse existe pour une raison après tout ! Bref, il n’y a vraiment pas d’intérêt que je vous parle de l’histoire et des personnages. C’est du classique de chez classique, nous sommes vraiment dans le film d’horreur américain moyen. Aussitôt fini, aussitôt oublié. Ce n’est donc pas le fond qui m’a intéressé dans le film, mais bien la forme. Je ne vous en parlerais pas après tout si il n’y avait pas un minimum d’intérêt.

Je ne sais pas vous, mais il y a quelque chose qui m’énerve énormément dans les différentes séries et films : ils utilisent mal la technologie. Je ne parle pas de la scène de la série X-Files où l’agent Scully essaye et je cite « d’appeler internet ». Je parle des technologies un peu plus actuelles. Quand on voit par exemple quelqu’un utiliser le pavé tactile de son smartphone alors qu’il possède des gants, rendant tout le truc absolument impossible, etc … Ce sont des petits détails certes, mais ils sont là constamment. Nous avons désormais des séries et des films qui font ça de manière plus respectueuse (la série Mr. Robot par exemple, une petite tuerie que je vous conseille fortement !) mais il y a encore pas mal de petites erreurs ici et là.

Nous sommes une génération où nos ordinateurs sont présents, donc on remarque tout de suite quand quelque chose n’est pas bien fait. Alors quand on a tout un film qui repose sur ça, j’avais quelques craintes de voir une aberration qui me ferait sortir encore plus du film. C’est pourtant l’inverse et pour moi le gros point fort du film (pas suffisamment gros pour le rendre bon hein … la vache, sorti de son contexte, cette phrase est fantastique). Unfriended utilise parfaitement tous les logiciels et sites internet des jeunes adolescents. Le fait de tout voir à l’écran est vraiment intéressant car on voit clairement ce que l’héroïne pense sur le moment. Et ce grâce à un petit détail que j’ai trouvé vraiment efficace : nous voyons ce qu’elle tape. Du coup, nous voyons quand elle hésite, nous voyons ce qu’elle pense écrire sur le moment mais change au fur et à mesure … Il y a plein de petits détails ici et là qui sont réellement intéressants. La musique du film est la musique diffusée sur son écran, nous avons des bugs, du lag … Ce film sait parfaitement manier les technologies qu’il présente, et c’est suffisamment rare pour être signalé.

Est-ce que ça en fait un bon film pour autant ? Il n’est pas mauvais, il est juste … inoffensif. Pour un film d’horreur, il n’a vraiment pas d’intérêt. Vous n’aurez jamais peur en regardant ce film. Il y a des morts et un peu de sang c’est sûr, mais c’est fait d’une façon qui n’a pas d’intensité. C’est vraiment le film typique pour les adolescents, histoire d’attirer un large public. Du coup c’est dommage d’avoir une si bonne utilisation des technologies et une forme originale pour un tel film. Il y avait un vrai potentiel avec une forme comme celle-ci, que je trouve plus intéressante que quasiment tous les films qui utilisent la caméra à l’épaule (une mode que je déteste pour être franc …). C’est juste dommage qu’Unfriended soit aussi bien fait au niveau de la forme mais ait un fond aussi boiteux et classique.


Puisqu’on cause technologie, si jamais vous voulez hanter une page Facebook, celle de l’antre est une bonne idée. Promis, je ne suis impliqué dans aucune histoire de fantôme et de suicide hein … Et si jamais ma copine lit cet article, promis je ne t’ai jamais trompé avec ta meilleure amie, pour ensuite filmer la scène pour qu’elle puisse ressortir comme dossier avant de voir les personnes impliquées se faire tuer. Tout simplement parce que ça n’a aucun sens, et que c’est stupide. C’était juste pour confirmer !

Sur ce, à demain pour de nouvelles aventures. On ne parlera plus technologie mais de tout autre chose cette fois-ci.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.