October of Horror – #08 : Saw III

« Ok, là, on essaye même plus de faire des efforts, on balance juste plein de morts et de sang à l’écran et ça leur fera plaisir ». Super monsieur Darren Lynn Bousman, c’est vraiment ce qu’on voulait entendre quand le tournage de Saw III commençait. Le gamin stupide et naïf que j’étais à l’époque (maintenant je ne suis plus un gamin) pensait que c’était néanmoins le dernier opus de la saga. Cela nous ferait une trilogie et on en a fini. Au pire, Saw III n’est pas bon et nous avons une trilogie avec un film et demi correct !

Sauf que non.

Saw III

Bon alors Saw III … C’est très simple : avec Saw IV, il s’agit selon moi des 2 pires opus de la saga. Pourtant, encore une fois, il y avait une volonté de faire quelques bons trucs ici et là. Seulement au milieu de ces quelques lueurs, on a juste tout un tas de fumier. Il est vraiment difficile d’essayer de trouver des bons points pour Saw III. Bref, commençons par l’histoire !

L’histoire se concentre sur 2 personnes piégées par Jigsaw qui vivent leur épreuve en parallèle : une chirurgienne qui a pour but de maintenir Jigsaw en vie, ce dernier étant dans un état de santé critique, et un homme qui a récemment perdu son fils et qui passe par une série d’épreuves. Alors que la situation est déjà critique pour ces deux personnes, il faut compter sur un autre facteur qui rend le tout encore plus dangereux : l’instabilité d’Amanda, la disciple de Jigsaw. Contrairement à lui, elle ne laisse aucune chance à ses victimes de s’en sortir en vie.

Petite anecdote personnelle : Saw III est le seul opus de toute la saga à avoir une scène qui me file des crampes d’estomac à chaque fois que je la vois. Je vous dirais laquelle dans quelques lignes, puisque bon, c’est un peu le principe de cette rétrospective : donner mon ressenti sur divers films d’horreur. Bref, commençons à parler de Saw III et du fait qu’il a fait parler de lui pour une polémique en France : alors que Saw et Saw II avaient une belle interdiction au moins de 16 ans, Saw III avait réussi l’exploit de se choper une belle interdiction au moins de 18 ans ! Saw III a donc la même interdiction que Écarte les cuisses, j’ai perdu ma montre. Je dois vous l’avouer, au moment où j’ai vu le film, je me foutais déjà de ce système d’interdiction. Je ne le trouve pas inutile, loin de là. Je suis content de savoir qu’on indique sur le film à quel public il s’adresse. Un gamin de 10 ans n’a pas à tomber sur Saw III chez ses parents et à le lancer comme n’importe quel film.

Après, est-ce que Saw III méritait spécialement d’être interdit pour les moins de 18 ans contrairement à ses ainés ? Je ne pense pas. Évidemment, la violence graphique a encore augmentée d’un cran dans cet épisode, mais le public qui a vu Saw II ne sera pas choqué devant Saw III. On est sensiblement face au niveau de violence que la saga aura tout du long. Est-ce que c’est une bonne chose pour autant ? Non. Clairement pas. J’avais l’impression qu’autour de Saw III et du genre de l’horreur en général à cette époque, on commence définitivement à faire un amalgame entre le fait de faire peur et d’être gore. Pour certains films, ce n’était pas le cas bien entendu, je ne tiens pas à généraliser. Mais l’amalgame entre le gore et la peur semblait vraiment se généraliser lui par contre … Ce que je trouve vraiment très dommage. Je ne comprendrais jamais quelqu’un qui me dit qu’un Hostel fait peur par exemple. Ce film est ignoble graphiquement parlant, mais à aucuns moments il ne fait peur. C’est juste de la pornographie visuelle, on te balance des litres de sang avec un bon gros jump-scare bien foireux pour te faire sursauter, et ça y est. Pour les producteurs et le réalisateur, la mission est réussie : le public a eu peur. Sauf que non. Tu me mets un son très agressif je vais sursauter, peu importe l’image. Je mets un énorme plan sur une assiette de fromages avec un gros son au milieu d’une scène, tout le monde sursautera exactement de la même manière. Pourtant, avoir peur d’une assiette de fromages semble complètement surréaliste. Même si j’ai connu un mec dont la mère s’est fait violer par un fromager. Peut-être que pour lui, ça peut effectivement réveiller un traumatisme profond.

Cette anecdote totalement fausse sur le viol de la mère d’un ami par un fromager étant passionnante, il faut quand même recentrer le sujet : Saw III. Je vais vous donner les quelques bons points du film, car pour moi il y en a quand même 2. Puis après je vous donnerais cette fameuse scène qui me fout toujours autant mal à l’aise, peu importe si je la vois 1 million de fois.

Les bons points ! Tout d’abord : Saw III fait encore quelque chose de différent que Saw II avec cette fois-ci un recentrage sur 2 personnages au lieu des 8 dont on se foutait. Seulement, pour ne pas trop recopier sur le premier Saw, celui qui est bien, on a bien deux histoires qui se vivent en parallèle. Jigsaw reste au centre de l’histoire mais cette fois-ci dans une position bien plus faible, son état de santé étant au centre de la tension pour l’histoire de la chirurgienne. Le deuxième bon point est le personnage d’Amanda. Bon, c’est Saw III donc nous n’avons pas un développement digne d’un film de Paul Thomas Anderson, c’est sûr. Mais tout de même, le film se fait chier à essayer de présenter Amanda dans son nouveau rôle de disciple, qui voit Jigsaw comme un père spirituel.

Maintenant, le point personnel du Greil sur Saw III : la scène que je ne peux absolument pas voir sans souffrir intérieurement est celle dite du « chevalet ». Le héros se retrouve face au meurtrier de son fils, attaché à une machine qui va d’abord lui tordre les bras, puis les jambes avant de finir par la nuque. Et cette scène est juste une agonie pour moi. Je suppose que c’est fait exprès étant donné que le piège était fait par Amanda ce qui signifie que Jeff (le héros) est condamné à voir cet homme mourir dans d’atroces souffrances, même si il tente tout pour obtenir une clé qui ne sert finalement à rien. Mais entendre les cris, les os craquer et surtout la lenteur avec laquelle le tout se fait … J’ai trouvé que c’était vraiment LA scène la plus forte du film en terme de violence visuelle. Sans doute celle qui m’a le plus marqué, tous les opus confondus.

Qu’est-ce qui fait que je n’aime pas du tout ce Saw III alors ? Plusieurs choses. Malgré le fait qu’on ait à nouveau deux personnages, il n’y a plus vraiment de développement sur les personnages. On sait que le héros est entré dans une obsession malsaine suite à la mort de son fils, mais jamais on ne le ressent dans le film. Il est juste là à s’en prendre plein la gueule et à voir énormément de gens mourir. Pareil pour l’héroïne, comment voulez-vous qu’on s’attache à elle quand elle passe son temps à flipper à cause d’Amanda qui pète les plombs toutes les 2 scènes ? Bref, les personnages ne m’ont fait ni chaud ni froid dans ce film. Le fameux twist de fin était aussi une belle déception selon moi, car si on réfléchit un petit peu on comprend que le twist n’est pas très compliqué à voir. Les deux personnages principaux étaient forcément liés, sinon on ne les mettrait pas en avant donc quand on apprend SPOILER ALERT qu’ils étaient mariés FIN DU SPOILER, ça m’a à peine fait réagir. Pour une saga qui essaye à chaque fois de finir sur un rebondissement, c’est dommage. La fin en elle-même est aussi un peu décevante : tout le monde va mourir ! Tout le monde meurt dans ce film c’est dingue. Mais à l’époque, pour moi je me suis dit que ce n’était pas plus mal. Au moins, même si le film n’a plus vraiment d’intérêt, au moins il conclut l’histoire et basta.

Sauf que bordel ils ont réussi à faire trainer le truc sur encore 4 putains d’épisodes ! Sinon, évidence : le film est juste une boucherie, mais aucun moment de peur ne vous retient. Encore une fois, la scène qui m’a marqué est vraiment juste dans la violence. Mais ce n’est pas de la peur, c’en est presque du dégoût. Et c’était à partir de cet opus que mon constat sur le genre de l’horreur et cette généralisation commençait .. Pour trouver quelques bons films d’horreur, ça allait devenir compliqué, tant on tombe dans la surenchère de violence et dans le côté ultra pop-corn du genre. Saw II était un menu XL de chez Mcdonald ? Saw III c’est ça, mais trempé dans une montagne de ketchup. Super, pas mieux pour me dégoûter !


Bon, hier j’avais parlé d’un super film que je conseillerais à n’importe qui … Donc oui, aujourd’hui ça commence avec un truc totalement nul. Mais c’est ça aussi l’intérêt de cette rétrospective ! Je n’allais pas uniquement choisir des bons films que je conseille, sinon on allait vite se faire chier. Dire ce qui va dans les codes d’un genre est une bonne chose, mais des fois une petite fessée sur les mauvaises habitudes d’un genre est aussi nécessaire. Je fais dans les deux tableaux avec l’October of Horror, et c’est pas plus mal.

Si vous voulez vous tenir au courant des prochaines sorties d’articles, ou simplement que vous êtes fans d’horreur et que vous voulez en parler, n’hésitez pas à aimer la page Facebook (ICI) qui est là pour ça !

Demain, on s’attaque à un remake … Yeaaaaahhhh … Je crois ?

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.