[Critique] Mary

Marc Webb, un nouveau nom parmi la longue liste des réalisateurs qui ont volé trop près du soleil et qui s’y sont cramé les ailes. Cette comparaison a sans doute déjà utilisée des milliers de fois sur la toile pour qualifier ce soucis, mais que voulez-vous, elle fait sens. Pour ceux qui ne le savent pas, Marc Webb est le réalisateur derrière The Amazing Spider-Man et sa suite. Il devait également continuer pour l’éventuel troisième film qui n’est jamais arrivé, les résultats du second opus n’ayant pas satisfait Sony qui a revu sa copie pour le futur de la licence auprès de Disney.

Mais Marc Webb est aussi et surtout le réalisateur de l’un de mes films préférés : (500) jours ensemble. Si vous ne l’avez pas vu, je vous conseille sincèrement d’arrêter à l’instant ce que vous faites et de me regarder ce film, il en vaut la peine.

Alors quand j’apprends qu’il est revenu sur ses premiers amours en partant un peu loin des super-productions à plusieurs millions de dollars d’Hollywood pour se concentrer sur des films plus intimistes, mon intérêt était présent.

Appelé initialement Gifted et sorti début avril aux États-Unis, le film s’appelle tout simplement Mary chez nous et ne sort que maintenant. Avec sa disponibilité sur le net en bonne qualité, je ne pense malheureusement pas que ce film sera un grand succès au box-office chez nous. La faute à ces dates de sorties en salles bien trop éloignées qui est un problème qui ne devrait plus en être un en 2017 selon moi. Mais ce n’est que mon avis à 2 centimes sur la question. La seule question qui compte ici est du coup de savoir si Mary mériterait au moins d’être un succès ou non.

 

 

Mary est un film avec une histoire simple. On nous raconte l’histoire de Mary (ah comme le titre c’est fou cette coïncidence), une jeune fille qui a la particularité d’être surdouée en mathématiques. Ayant conscience qu’elle n’est pas comme les autres filles de son âge, une dispute va avoir lieu entre son oncle qui souhaite qu’elle ait une vie normale et sa grand-mère qui refuse de voir son potentiel être gâché concernant sa garde. Cette dispute ira jusqu’à la Cour de justice.

Nous avons vu ça plusieurs fois auparavant. Ce n’est pas la première fois que nous avons des films avec ce genre de scénario et je ne m’avance pas trop en disant que ça n’est certainement pas la dernière. Mais ça n’est pas le sujet du film finalement. Mary est un film qui nous raconte avant tout une histoire sur les liens familiaux et qui joue sur l’émotionnel.

Cette critique va être plutôt courte car je n’ai pas grand chose à dire sur la forme du film. La réalisation est efficace et le casting est très bien choisi. Il n’y a pas de scènes visuellement époustouflante ou un style dans la réalisation qui m’a ébloui. Marc Webb a fait son boulot sans fioritures. Mais sa marque de fabrique vient de ses personnages qui sont au centre de tout. C’était le cas pour (500) jours ensemble et c’est également vrai ici.

 

J’ai aussi fait un rêve où Chris Evans me portait sur ses épaules. Est-ce normal ?

 

Je sais que je ne donne pas spécialement envie de regarder ce film pour le moment. Mais je vous assure que malgré cette simplicité au niveau du fond et de la forme, j’ai passé un excellent moment devant ce film.

Mary est un film rempli de bonnes intentions, avec d’excellents dialogues entre de très bons personnages. C’est un film touchant. Je me suis surpris à avoir la petite larme à l’oeil sur quelques scènes. Le duo entre Chris Evans et la jeune McKenna Grace fonctionne du feu de dieu. Mais surtout ces personnages font vrai. On comprend ce qu’ils ressentent, on comprend les émotions qui les traversent durant les différentes épreuves rencontrées. Et même si j’avais ma petite larme, ça ne va jamais dans la volonté de faire du tire-larme. On ne fait pas exprès de vouloir faire pleurer les spectateurs, Mary n’en fait pas des caisses de ce côté dans ce but.

Bref, tout ça pour dire que c’était une petite douceur bien agréable. Je le recommande car ça fait du bien de temps en temps de simplement voir un beau film qui ne se prend pas la tête. On ne veut pas nous faire réfléchir, on veut nous faire ressentir ici. Et j’ai ressenti pas mal de bonheur en voyant cette histoire alors je vous encourage à aller au cinéma pour voir cette petite surdouée en mathématiques.

C’est clairement pour ce genre de projet que j’aime avoir Marc Webb derrière la caméra. Alors j’espère sincèrement à l’avenir le voir plus derrière des films comme ça. Moins de Marc « The Amazing Spider-Man Influencé par les producteurs » Webb, et plus de ce Marc Webb.

 

JE CHIALE BON SANG !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *