[Critique] Le Labyrinthe : Le Remède Mortel

Avant de ne débuter la critique du film dont je vais vous parler sur ces prochaines lignes, je tenais sincèrement à remercier les producteurs de la Fox pour ne pas avoir eu l’indécence de couper le dernier volet de cette trilogie en 2 films.

Les adaptations de littérature pour adolescents au cinéma ne semblent plus avoir la cote à Hollywood. Après la fin de l’immense succès qu’était la saga Hunger Games, le genre ne donnait presque plus de signe de vie. Si les adaptations de littérature jeunesse étaient un animal, Divergente 3 serait la raison pour laquelle il fallait le piquer. Et il semblerait que son dernier souffle de vie soit le troisième et dernier chapitre de la saga Le Labyrinthe.

Pour vous donner un peu de contexte, voici mon avis rapide sur les deux premiers opus pour que vous sachiez où je me positionne quant à ce troisième film :

Le Labyrinthe était très classique, les dialogues sont bien débiles, les personnages bien inintéressants. Mais la réalisation des scènes d’action est plutôt bien foutue, ce qui donne au final un divertissement on ne peut plus lambda, mais qui fait le boulot.

Le Labyrinthe : La Terre Brûlée est juste bien débile, mais surtout bien ennuyeux. L’action s’enchaîne mais l’intérêt n’est clairement pas là.

Maintenant que le contexte est là, allons-y pour Le Labyrinthe : Le Remède Mortel !

 

 

Le Labyrinthe : Le Remède Mortel (que je vais appeler sobrement Le Labyrinthe 3 à partir de maintenant) est donc le troisième et dernier opus de la saga Le Labyrinthe, toujours réalisé par Wes Ball, déjà derrière la caméra pour les deux premiers films.

Le film nous raconte les aventures de Thomas et ses amis, toujours en lutte contre la société WCKD. Ils vont devoir réussir à entrer dans la dernière ville, zone fortifiée où se trouve le quartier général de WCKD, toujours en quête de trouver un remède au virus décimant la population mondiale.

Je n’ai jamais été investi dans l’histoire de cette saga. Et on ne va pas se mentir, ce n’est pas cette conclusion qui change la donne puisque Le Labyrinthe 3 est une scène d’action géante de 2h22 avec un peu d’histoire au milieu. Durée qui au passage n’est à aucun moment nécessaire, tant le film avance en traînant derrière lui des longueurs, notamment avec un troisième acte qui dure 100 années de trop.

Je suis conscient de ne pas être la cible pour ce film, mais il est difficile d’être positif. Certains raccourcis scénaristiques sont grotesques, les dialogues n’ont pas grand chose d’originaux et les personnages n’ont rien d’attachant.

 

– Il est dur quand même …
– Et encore vous ne savez pas ce qu’il a écrit sur American Assassin !

 

Néanmoins j’ai deux points positifs. Je n’ai tout d’abord rien à reprocher au casting, qui est bon de manière générale et essaye tant bien que mal de délivrer de mauvaises lignes de la meilleure des manières. J’en ai vu la plupart dans d’autres projets donc je suis parfaitement conscient qu’ils sont capables de bien mieux. Mais quand le matériau d’origine n’est pas là, ils ne peuvent pas nous produire de miracle.

Le deuxième point positif est pour les fans. Si vous avez aimé l’histoire et l’univers des deux premiers films, ce troisième et dernier opus est une vraie fin. Il n’y a pas de questions laissées en suspens, et la plupart des personnages ont une réelle conclusion. Les fans de l’univers sont clairement la cible pour le film donc c’est un bon point selon moi.

 

Entre Game of Thrones et Le Labyrinthe,
Aidan Gillen devient mon enflure préférée !

 

Le Labyrinthe 3 est là pour en finir une fois pour toute avec non seulement la saga, mais aussi avec le genre même. Tout du moins, je l’espère. Et ne nous mentons pas, vu la qualité globale des films du genre, ce n’est pas un mal. Meilleur que la trilogie Divergente mais inférieur à la première moitié de la saga Hunger Games, la trilogie Le Labyrinthe se contente d’être là et de suivre son petit bonhomme de chemin jusqu’à sa fin.

Pour les fans, il est possible qu’ils y retrouvent leur compte. Mais pour les autres qui avaient un espoir, je peux vous assurer qu’il n’est pas indispensable de se ruer en salle pour le voir. Trop cliché, trop long (on peut retirer une demi-heure sans risquer d’affecter l’histoire je pense, facile !) et des scènes d’action qui font le boulot sans pour autant nous marquer, le tout avec des personnages pas intéressants … Le Labyrinthe manquera sans doute à des gens, mais je ne suis pas dans ce cas !

Il était temps que la saga s’arrête, et il était temps que le genre prenne une pause. Il y aura peut-être un renouveau du genre dans quelques années, mais pour le moment arrêtons de frapper ce cheval mort et laissons-le reposer en paix.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *