[Critique] Knock

En guise d’introduction, j’ai envie de vous raconter un petit peu ma vie, follement passionnante vous devez vous en douter. J’étais hier soir à une avant-première du film Knock, qui avait la particularité de recevoir l’équipe du film. Bien évidemment, l’acteur le plus attendu à cette avant-première n’était autre que l’acteur principal, Omar Sy.

Malheureusement, ça ne s’est pas fait comme prévu suite à un clash entre l’acteur et notre Zemmour national, amenant à l’arrêt de la promotion du film pour l’acteur. Alors je ne vais pas choisir de camp dans cette bataille médiatique, mais je vais vous donner un léger tutoriel pour réussir à contrer ce genre d’événement si cela vous arrive un jour.

Comment contrer les effets néfastes d’un troll ?

Dans le cas d’Eric Zemmour, la comparaison avec un troll est également une atteinte à son physique quelque peu disgracieux.

Voici comment fonctionne le troll :

– Le troll est une petite merde. Mais une petite merde aimant beaucoup qu’on lui porte de l’attention. Peu importe si c’est positif ou négatif, si vous y faites attention, il n’aura pas besoin d’acheter de viagra pour se sentir puissant.
– Le troll raconte une énorme saloperie sans intérêt.
– Les médias rapportent l’énorme saloperie sans intérêt. Ils aiment le clic, ça leur donne de la vision dans ce froid monde qu’est la course à l’audience.
– Les abrutis cliquent pour voir ce qu’a dit le troll.

Du coup, le contre est facile en réalité. Au lieu d’être scandalisé ou de contrer chaque argument de la saloperie rapportée par le troll comme si vous parliez à un être humain classique qui est ouvert à la discussion, gagnez du temps. Si vous ne cliquez pas, les médias vont arrêter de rapporter les énormes saloperies sans intérêt du troll puisqu’ils voient que tout le monde s’en tape. Si les médias arrêtent de rapporter les dires du troll, ils ne vont pas l’inviter. A quoi ça sert de l’inviter si on se branle de ce qu’il raconte ? En plus il chie partout c’est insupportable dans les studios d’un point de vue hygiénique. Si on arrête de l’inviter, le troll n’a plus d’attention et disparait petit à petit. Et tout le monde gagne. C’est pas merveilleux ?

Bref, je ne suis pas là pour parler polémiques ou actualité, tout simplement parce que je veux qu’on puisse tomber sur cet article dans plusieurs mois sans avoir besoin de se remettre dans le contexte pour l’apprécier pleinement. Donc, on va arrêter là et on va parler du film Knock !

 

 

Knock est une adaptation de la pièce de théâtre Knock ou le triomphe de la médecine. Comme toujours lorsque je m’attaque à une adaptation, je préviens gentiment que je ne parlerais que du film en tant que tel. Je connaissais la pièce de nom mais je ne l’ai pas lu. Je ne suis donc pas la personne qui puisse vous dire que le film respecte religieusement le matériau d’origine ou si au contraire le respect envers l’oeuvre semble secondaire.

Avant d’aller voir Knock, j’étais assez intrigué car les différentes bandes-annonces du film avaient quelque chose d’intéressant en comparaison aux autres comédies françaises bien exposés un peu partout en ce moment : ça n’avait pas l’air complètement stupide. Un peu d’humour stupide de temps en temps est une bonne chose, mais voir Josiane Balasko dire qu’elle aime Les Tuche 2 dans la bande-annonce des Nouvelles aventures de Cendrillon m’indique un peu trop la direction de la dépression nerveuse à mon goût.

Et je peux vous confirmer deux choses :

#1 – Il n’y aura pas de critique des Nouvelles aventures de Cendrillon sur ce blog, parce qu’il est hors de question que j’aille voir ça.
#2 – Knock n’est effectivement pas stupide du tout !

 

Ce qu’il vient de dire le monsieur Greil juste là ? J’aime bien !
(Quelque part, j’aime me dire que cette image était présente uniquement pour moi.
Puis il a pas la classe en costume franchement ?)

 

Knock était une comédie bien sympathique ma foi ! Le ton est léger tout du long et Omar Sy excelle dans son rôle. Le personnage est globalement intéressant dans ce film car on ne peut décemment pas dire qu’il est une bonne personne, mais il reste diablement attachant. Le reste du casting est également bon. L’humour est présent mais n’en fait pas trop. Quand certains moments un peu plus émotionnels arrivent, ça ne semble pas être en décalage avec le reste du film. Les dialogues sont assez bien écrits malgré un point faible selon moi, qui est le seul point faible du film d’ailleurs.

Ce point faible est qu’on voit que nous sommes dans une adaptation de pièce de théâtre. Sans même connaître la pièce d’origine ou même savoir qu’il s’agit d’une adaptation de pièce, certains dialogues ont ce côté légèrement décalé avec le reste du film qui fait plus naturel qui peuvent gêner le spectateur. Ça n’est rien de bien méchant, mais le sentiment est présent.

Le film est une comédie mais ça n’est pas une simple succession de sketchs pour autant. Et ce rythme un peu plus calme fait un peu de bien, nous n’avons pas cette impression de rythme mitraillette qui doit nous dérouler une blague toutes les 4 secondes pour maintenir l’attention du spectateur. Voir le personnage s’installer petit à petit au centre des attentions du reste du village est intéressant. Ainsi que voir d’autres personnages être méfiants ou au contraire complètement gagas devant lui. Les thèmes du bonheur et du besoin de reconnaissance sont bien abordés. Knock ne surprend pas au niveau de son histoire, mais n’est pas ennuyeux pour autant. On voit à peu près où le film se dirige, mais cela n’enlève rien à la bonne humeur globale du film.

On sourit, on rit … Knock ne veut pas être révolutionnaire dans son style comique, mais il fait son boulot tout à fait efficacement et honnêtement. Il fait néanmoins office de bouffée d’air frais au milieu des autres grosses productions comiques françaises qui sortent ou vont sortir. Et la bonne humeur d’Omar Sy est toujours aussi communicatrice donc je vous conseille de lui donner sa chance si vous en avez l’occasion.

Pour finir, j’aimerais faire deux blagues nulles sur le titre du film. Parce que je suis comme ça.

 

« Je suis celui qui regarde le film Knock ! »
– Nelson Monfort devant Breaking Bad

Alors autant Knock je dis oui, autant sa suite Knock Knock je vous la déconseille c’est une daube !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *