[Critique] Kingsman : Le Cercle d’Or

Je vous remets dans le contexte : nous sommes en 2015. Le jeune Greil attend gentiment devant la salle de cinéma pour voir Kingsman : Service Secrets. Les attentes étaient là car le réalisateur n’est autre que Matthew Vaughn, qui enchaînait les bons résultats. Ce qu’il ne savait pas, c’est qu’après la scène de l’église du premier film, son érection resta longtemps au point qu’une consultation chez le médecin fut nécessaire. Pour tout vous dire, je ne fume pas mais j’avais presque besoin d’une cigarette après cette scène.

Le fait que la chanson en fond soit Free Bird de Lynyrd Skynyrd doit sans doute y être pour beaucoup. Mais que voulez-vous, je ne suis qu’un homme faible.

Nous sommes aujourd’hui 2 années plus tard et les attentes entourant Kingsman : Le Cercle d’Or sont au sommet. Matthew Vaughn est à nouveau derrière la caméra (lui qui n’est pourtant pas fan de tourner des suites de ses propres films) pour nous proposer les nouvelles aventures d’Eggsy et de l’agence d’espionnage Kingsman. Est-ce que le divertissement est de nouveau au rendez-vous ou est-ce que le soufflé est retombé dans ce second film ?

Le reste de l’article qui va suivre tombe plutôt bien dans ce cas puisqu’il est là pour répondre à cette question !

 

 

Matthew Vaughn semble être tombé amoureux de sa licence puisqu’il retourne derrière la caméra pour ce film. Il est également producteur et était dans l’équipe des scénaristes. On sait déjà aussi qu’un troisième Kingsman est officiel et qu’il en sera au moins producteur et scénariste. Le succès de cette suite semble donc déjà assurée. Néanmoins il reste intéressant de voir ce que le film en lui-même nous offre.

Tout d’abord citons l’évidence : si vous n’avez pas aimé le premier film, cette suite n’est définitivement pas là pour vous réconcilier avec l’univers. Nous sommes définitivement dans une suite qui compte reprendre la recette qui a fait le succès du film original pour nous en proposer une version plus épicée pour combler les attentes des fans. Cela passe par un rythme effréné tout le long du film et des scènes d’action qui nous en mette plein les yeux. J’allais dire les mirettes pour tout vous dire. Mais je ne voulais pas paraître plus ringard que je ne le suis déjà.

 

Voir Colin Firth et Taron Egerton casser des bouches ensemble est vraiment jouissif pour les fans du premier opus.

 

Matthew Vaughn a toujours su faire avec les scènes d’action et il le prouve encore aujourd’hui. Les différentes scènes sont toujours originales en terme de réalisation, diablement divertissantes et sont montées pour rendre le tout hyper dynamique. Et ça commence dès la première minute du film d’ailleurs, avec une scène en voiture qui nous met tout de suite dans l’ambiance et nous rappelle qu’il va falloir rester accroché à son siège tout du long.

On ajoute à tout ça un côté globalement fun au film et on obtient un divertissement tout à fait honnête. Malheureusement, tout n’est pas parfait.

Kingsman : Le Cercle d’Or souffre de 3 soucis selon moi. Cela peut sembler beaucoup, mais certains sont plus de l’ordre du détail qu’autre chose.

Le premier soucis concerne le casting, bien trop peu utilisé. Le film nous amène en Amérique et nous présente plusieurs nouveaux personnages. Et c’est une bonne chose, cela gonfle l’univers et le rend plus important qu’il n’y paraissait aux premiers abords. Mais ils ne sont pas vraiment utilisés. Les plus présents sont bien évidemment Julianne Moore dans le rôle de la grande méchante, mais aussi l’agent Whiskey, incarné par le trop peu connu mais diablement divertissant Pedro Pascal.

 

Moins marquante que ne l’était Samuel L. Jackson dans le premier film,
elle assure quand même pleinement dans le rôle de la psychopathe !

 

Pour le reste malheureusement, c’est le service minimal. Le smic de l’acting. Nous avons un Channing Tatum qui ne semble là que pour annoncer sa présence dans le troisième opus, nous avons un Jeff Bridges mais on ne s’en sert pas. Je ne parle même pas d’Halle Berry ! Au point où ça m’amène le second défaut du film selon moi, qui est un léger spoil donc vous pouvez le passer (je mettrais une image pour que vous puissiez savoir quand reprendre, on fait comme ça ?).

Le second soucis : trop d’Elton John. J’aime beaucoup le chanteur, là n’est pas la question. Mais un caméo devait amplement suffire, car là c’était juste trop selon moi. Il est plus présent que Channing Tatum dans le film bon sang ! Le voir est fun, mais le voir trop est un poil lourdingue. Voilà spoil terminé !

 

Pas assez de Channing Tatum !

 

Le dernier problème que j’ai avec le film est le plus important : cette suite veut tellement faire comme le premier qu’on obtient un côté un peu trop copier/coller sans avoir de réelles nouveautés. Nous ne sommes pas non plus devant un syndrome Very Bad Trip 2 mais il faut reconnaître qu’il y a trop de clins d’oeil au premier film et pas assez de nouveautés pour rendre cette suite aussi efficace. J’apprécie quelques clins d’oeil ici et là, mais c’était parfois un peu trop à mon goût.

 

Ceci est le visage d’un Jeff Bridges triste car non utilisé. Chaque année, des dizaines de Jeff Bridges sont laissés sur l’autoroute aux alentours
d’Hollywood qui ne veut plus l’utiliser à son plein potentiel. Faites un effort. Adoptez un Jeff Bridges.

 

Kingsman : Le Cercle d’Or reprend la formule du premier film et nous offre un excellent divertissement. On ne s’y ennuie pas une seule seconde et je ne peux que vous recommander d’aller en salle pour passer un bon moment. Néanmoins la surprise n’est plus là et cette suite souffre parfois d’une trop grande volonté de faire comme son ainé. Pour cette fois-ci, ça passe. Mais il faudra vraiment quelque chose de neuf pour le futur Kingsman 3 car je ne pense pas que cela passera une nouvelle fois. Pas aussi marquant que le premier, mais foutrement efficace !

Pour finir sur une bonne note, quoi de mieux que de voir de nouveau la scène de l’église du premier opus ?!

 

 

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *