Je dois avoir quelque chose avec la jungle en ce moment, car entre Kong : Skull Island et maintenant The Lost City of Z, je ne vois que ça lorsque je vais au cinéma. Ce qui n’est pas pour me déplaire pour être francs avec vous. Un petit peu de dépaysement fait parfois le plus grand bien.

Mais ne parlons pas de la réalité, elle est déprimante et ennuyeuse. Concentrons-nous sur ce qui nous fait nous réunir sur cette page en ce moment : le cinéma. Plus particulièrement le nouveau film d’aventure qui vient de rejoindre nos sombres salles françaises.

Charlie Hunnam et Robert Pattinson au milieu de la jungle au début du 20ème siècle, c’est The Lost City of Z et il est temps de voir ce que le film nous propose ! Sur ce, pas la peine de perdre plus de temps dans cette introduction, entrons dans le vif du sujet. Bonne lecture à tous !

 

 

The Lost City of Z est donc un film, sorti le 15 mars 2017 en France et le 21 avril aux États-Unis. Il est réalisé par James Gray et est l’adaptation du roman La Cité perdue de Z, écrit par David Grann. Le film raconte l’histoire de Percy Fawcett, un colonel de l’armée britannique au début du 20ème siècle qui se voit confier comme mission de partir en Amazonie pour cartographier les frontières entre le Brésil et la Bolivie. Cette périlleuse mission va cependant prendre une toute autre ampleur quand il va se rendre compte durant son exploration qu’il pourrait exister une ancienne cité au milieu de la jungle.

Cette critique risque d’être rapide car The Lost City of Z n’a qu’un réel problème : ses longueurs. Le film dure 2h20 et je pense sincèrement qu’on peut en retirer quelques minutes sans trop de soucis. Pour ceux qui ont vu le film, je pense notamment à toute la scène impliquant la voyante. Mais c’est peut-être la seule chose négative que je peux dire sur ce film d’exploration car globalement j’étais très satisfait de ma séance au cinéma. Je ne sais pas si le film est une bonne adaptation du roman étant donné que je n’ai pas lu le roman original, mais en tant que film sans penser au côté adaptation du projet, c’est une belle réussite.

Le casting est très efficace de manière générale. Sienna Miller était excellente, pareil pour Charlie Hunnam et Tom Holland. Petite surprise pour ma part : Robert Pattinson. J’ai particulièrement aimé son personnage qui a un comportement presque « je m’en foutiste » qui me plaisait beaucoup au milieu de la gravité des situations. La star du film reste cependant la jungle. Et après une jungle que je trouvais trop factice dans Kong : Skull Island, je peux vous dire que c’est le jour et la nuit. Nous ressentons la détresse des personnages au milieu de cette jungle hostile, cette détresse qui pousse à la folie pour certains d’entre eux. Mais malgré ce côté très dangereux, la beauté reste indéniable. En terme de réalisation, de couleur ou de lumière, toutes les parties du film liées à la jungle sont fantastiques. Et nous avons de la chance car c’est une grande majorité du film.

Mais on souhaiterait qu’il y ait encore plus du film dans la jungle et moins en Angleterre, tant la différence se ressent. C’est sans doute un effet souhaité par James Gray pour que l’on comprenne l’obsession grandissante pour cette jungle de la part du personnage principal.

Il est comme ça à chaque fois qu’on évoque la saga Twilight …

 

C’est presque tout ce que je peux vous dire sur le film. C’est un film d’exploration pur et dur et il faisait du bien. Le scénario est simple mais efficace avec bien entendu beaucoup de message sur l’ouverture d’esprit, le racisme, le sexisme … C’est présent mais le film ne nous force pas ces messages à travers la gorge. The Lost City of Z est très contemplatif. Cela peut en repousser certains et je le comprendrais tout à fait. La fin peut aussi paraître très abrupte et je l’ai trouvé un peu décevante aussi pour être tout à fait franc. Mais malgré tout je ne peux pas bouder mon plaisir ou m’étaler sur des milliers de mots sur ce film car pour moi c’est avant tout une expérience visuelle. Je ne sais pas si je reverrais le film des tonnes de fois, mais clairement si vous ne deviez le voir qu’une fois, je vous conseillerais de le voir au cinéma car c’est là qu’il peut pleinement se savourer.

The Lost City of Z, c’est beau et ça vous prend aux tripes. Et ça n’arrive plus aussi souvent que ça au cinéma donc je ne peux que vous conseiller d’aller le voir au cinéma sans attendre une sortie Blu-Ray ou de le voir passer à la télé.

Un truc qui me prenait aux tripes mais pas dans le bon sens : la pilosité faciale de Tom Holland. Qu’est-ce que c’était que ce bordel ?!

C’est pas mon sens d’araignée qui s’affole quand je vois cette moustache …

 


Sur ce, il est temps de passer son week-end devant la première saison d’Iron Fist ! Le bisous, le remerciement pour avoir lu cet article. Et bien entendu si ça n’est pas déjà fait, n’hésitez pas à liker la page Facebook pour vous tenir au courant des prochaines sorties d’article !