Critique : Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar

Disney qui n’a jamais assez d’argent + Johnny Depp qui sort tout juste d’un divorce sans doute très coûteux = le retour du capitaine Jack Sparrow.

Cela peut paraître un peu cynique, mais je ne serais clairement pas surpris si j’étais proche de la réalité sur le coup. La saga Pirates des Caraïbes a beau être en perte de vitesse, notamment après un quatrième film assez décrié, elle reste un mastodonte en terme de scores au box-office. Il n’est donc pas surprenant de voir pour la cinquième fois des aventures dans cet univers. La question qui se pose maintenant avec cet opus est de savoir si le public en a encore quelque chose à faire (puisqu’il y a une scène post-générique amenant très clairement des pistes pour un futur sixième film) ou si la saga a définitivement perdu son mojo.

Bref, il est temps d’entrer dans le vif du sujet. C’est la critique de Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar !

PS : Dans le reste de l’article, je l’appellerais Pirates 5. C’est quand même carrément moins long.

Pirates des Caraïbes : La Vengeance de Salazar (Dead Men Tell No Tales en VO) est un film réalisé par Joachim Ronning et Espen Sandberg, sorti le 24 mai 2017 dans nos salles françaises. Il s’agit du cinquième opus dans la saga et sort 6 ans après un quatrième opus globalement vu comme étant le moins bon de la saga. Il y avait donc cette nécessité de reprendre du poil de la bête pour cette licence Disney. Le film raconte l’histoire de Jack Sparrow qui se fait de nouveau hanter par son passé et doit de nouveau trouver un nouvel artefact magique (le trident de Poséïdon dans le cas présent) afin de pouvoir sortir de sa nouvelle malédiction. Il sera cette fois-ci accompagné dans sa quête par Henry Turner, le fils de Will Turner (Orlando Bloom).

Comme vous devez le comprendre aux tournures de mon synopsis, l’originalité ne transpire clairement pas de ce projet. Pirates 5 est une commande, et cela se ressent très clairement à travers tous les éléments du film. Autant être francs avec vous, je n’ai pas apprécié ma séance de cinéma. J’aime beaucoup le premier opus et même si il y a des problèmes dans les suites, j’ai globalement apprécié les deuxième et troisième films. Le quatrième m’a laissé de marbre et malheureusement, la renaissance de la saga ne se sera pas faite avec ce cinquième film.

La mécanique est bien huilée et c’est presque ça le problème. Nous voyons désormais tous les « rebondissements » et tout le schéma du film à des kilomètres. Le cahier des charges est rempli, ni plus, ni moins. Nous sommes en territoire connu dans tous les points : nouvel ennemi surnaturel (je voulais écrire supernaturel mais ce mot n’existe pas … Il faut que j’arrête de penser sans arrêt à cette série !), nouvelle armée impossible à tuer, nouveau bibelot légendaire à aller chercher. Ce sont les éléments qui font que la saga était appréciée à ses débuts donc je peux comprendre le fait que justement, c’est ce que nous attendions du film. Seulement nous en sommes au cinquième opus, il faut un peu d’originalité et pas qu’on nous ressert exactement le même plat.

Cela passe notamment par certains personnages. Tout le monde est le fils ou la fille de quelqu’un qu’on connait déjà … C’est un petit peu le syndrome Star Wars dans ce film, à croire qu’il n’y a que 3 familles dans cet univers entier. Et dans les personnages qu’on connait déjà et qui reviennent faire un coucou, ce n’est pas la panacée non plus. Orlando Bloom ? 2 minutes à l’écran à tout casser. Keira Knightley est peut-être présente 30 secondes à tout casser.

On a un Javier Bardem fantôme dans le film et on ne s’en sert même pas, c’est quand même criminel !

 

Les nouveaux personnages n’ont pas grand intérêt. Entre un Javier Bardem inutilisé, un Geoffrey Rush qu’on a déjà connu dans une meilleure forme et le nouveau duo de « jolies » personnages qui ne marquera pas les esprits … Il faut le dire : le casting n’est pas glorieux. Parlons d’ailleurs de Johnny Depp … Je ne sais pas à quel point il est présent parce qu’il a besoin d’argent suite à son divorce avec (l’extraordinairement magnifique) Amber Heard. Mais ce que je sais, c’est qu’ici il maîtrise tellement son personnage depuis plusieurs années qu’il le fait en dormant. Ce qui est devenu problématique car on sent qu’il n’a pas une énorme envie d’être présent à l’écran. Le charme de son personnage s’est malheureusement estompé dans ce cinquième film.

Les pitreries de Jack Sparrow commencent à se faire vieilles …

Mieux que Leïa dans Rogue One, mais quand même visuellement gênant ce rajeunissement !

 

Avec son script sans originalité (et qui cafouille sur pas mal de points laissant quelques creux scénaristiques pas négligeables) et son casting sans réel intérêt … Pas grand chose de positif n’est à retenir de cet opus. Le film ne dure que 2 heures mais nous avons de sérieux problèmes de rythme. Je ne suis pas ressorti de la salle spécialement en colère, mais ce que j’ai vu n’avait tout simplement aucun intérêt. C’est un divertissement extrêmement classique qui n’a pas grand chose pour lui.

Du coup, il m’est impossible de vous conseiller ce film. Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar voulait nous offrir de nouveau cette odeur d’aventures sur la mer pour finalement nous offrir une séquence de vaisselle pour nettoyer les restes de soupe au poisson. On ajoute à ça une scène post-générique pour nous vendre de la poudre aux yeux pour un futur éventuel sixième film … Après cette cinquième aventure, je suis pour qu’on arrête plutôt les aventures avec ces pirates fatigués. Fatigué comme je le suis avec cette saga désormais.

Chaque année, des dizaines de Geoffrey Rush sont abandonnés sur la route des vacances. Si vous ne pouvez vous en occuper, n’en adoptez pas. D’autres familles seront heureuses de s’occuper d’un Geoffrey Rush à votre place.

 


Et vous, qu’en avez-vous pensé ? Vous êtes motivés pour un éventuel sixième opus ? Dites moi tout ça ! N’hésitez pas pour cela à rejoindre la page Facebook du site, parfait lieu pour se tenir au courant des prochaines sorties d’article en plus. Si ça ce n’est pas une pierre pour deux coups, je ne sais pas ce que c’est ! … Oui, j’ai mal utilisé mon expression, j’en suis conscient. Ce film m’a fatigué que voulez-vous.

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

2 commentaires sur “Critique : Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar

  1. Je te trouve de mauvaise foi, les répliques d’Elisabeth Swan sont lourdes de sens et laissent à interprétation.
    Après il est vrai que ce film ne fonctionne pas. Les personnages sont mal écrit, les « thématiques fantômes » sont de retour (la religion dans le 4ème opus, la science dans celui-ci), cette impression constante de reprendre un univers qui n’a pas bouger depuis des années…
    Un de nos amis commun disait en sortant « je ne sait pas pourquoi, mais j’ai bien envie de jouer à Assassin’s Creed Black Flag », et bien c’est peut être ça, le film mise sur peut être trop sur le côté « aventure » d’une histoire de pirate enfantine (chasse au trésor, méchant caricatural …) et néglige le raccord avec l’Histoire de la Piraterie (même le 4éme abordais le sujet des capitaines corsaires).
    La mauvaise écriture des personnages est dû, selon moi, à une contradiction dans l’écriture même du film : Jack Sparrow n’évolue pas. C’est clair, c’est évident, mais on peut se demander pourquoi ? Le scénario laisse suggérer une mise en retrait volontaire du célèbre pirate afin de laisser place au nouveau héro, le jeune Turner.
    En effet le film conclus sur un jeune homme ayant réussi a briser les pires malédictions dont même le grand Jack ne pouvais échapper éternellement, une sorte de passage de flambeau donc, dans un monde où la piraterie « traditionnelle » et ces légendes s’effacent. Eeeet en même le film offre une conclusion scénaristique à ce jeune Turner (trouver Jack ; check ; choper la gonzesse ; check ; ramener papounet ; check) tout teasant la suite !!! Bref c’est incohérent et expédié.
    p.s : Petit plus pour avoir changer d’avis et pris un antagoniste espagnol, vu se qu’il se prenait à l’époque tu m’étonne qu’ils veule se venger

    1. La réplique d’Elizabeth Swann est sans doute la meilleure réplique du film effectivement. J’espère que la pauvre n’était pas payée au mot car elle se serait fait avoir je pense !

      Jack Sparrow est limite devenu un boulet en fait, tout est toujours lié à un événement de son passé. Et comme tu le dis, il n’a pas évolué pour un sou en 5 films.

      Mais cette scène post-générique me tue … Qui voudrait d’une suite vu comment ce film semble torché à la va-vite ?!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *