Critique : La Tour Sombre

Oh la belle arlésienne qui arrive enfin dans nos salles ! Il faut savoir qu’une adaptation de la saga littéraire de Stephen King est dans les cartons d’Hollywood depuis de nombreuses années. Nous avons eu plusieurs annonces de projet avant d’être tous annulés. Mais nous y sommes, 2017. Stephen King revient plus fort que jamais avec non seulement l’adaptation de La Tour Sombre, mais aussi l’adaptation de l’iconique clown démoniaque Pennywise avec Ça qui arrive en fin d’année. J’attendais beaucoup plus Ça que La Tour Sombre et ça continue d’être le cas, les bandes-annonces m’ont vraiment plu et j’espère sincèrement qu’on aura une vraie bonne adaptation du roman. Désolé les fans de la mini-série des années 1990, j’adore Tim Curry mais ça a tellement mal vieilli que je n’y vois plus qu’un film ringard maintenant.

Mais aujourd’hui, nous n’allons pas parler de ballons et de clowns, mais de flingues, de magie, d’univers parallèle et de surjeu. Bref, concentrons-nous sur La Tour Sombre !

 

 

La Tour Sombre est un film américain réalisé par Nikolaj Arcel (réalisateur danois dont je n’avais pas entendu parler jusque là), sorti le 4 août 2017 aux États-Unis et le 9 août chez nous. Il s’agit d’une adaptation de la saga littéraire composée de 8 livres écrits par Stephen King. Le film raconte l’histoire de Jake Chambers, un jeune garçon qui n’arrête pas de faire des rêves d’un autre monde. Il va vite se rendre compte que ce ne sont pas simplement des rêves et que cet autre monde existe bien. Menacé par le mystérieux Homme en noir, Jake va se retrouver en compagnie de Rolland, le dernier des pistoleros. Il sera au centre d’un complot mené par l’Homme en noir afin de détruire la Tour Sombre, immense tour située au centre de tous les univers.

Comme à mon habitude lorsque cela touche aux adaptations : je me concentre sur ce que le film nous propose en tant que tel. Je ne regarde pas le côté « respectueux » du matériau d’origine. Ce qui m’intéresse est ce qui est présent sur l’écran, point.

Je me dois de le préciser car il y a de très grandes chances que ce film soit une terrible adaptation de la saga de base. Je n’ai pas lu les romans pour tout vous dire donc je ne peux parler d’éléments précis pour appuyer mon propos. Mais à la vue des réactions à travers le net sur le film, je pense ne pas trop me risquer si je dis que côté « respect de l’oeuvre de base », ça n’est pas un contrat rempli. Et même sans avoir vu le film, la présentation très rapide de la mythologie de tout cet univers montre clairement qu’il y a une tonne de choses qui manquent dans ce film. On le ressent, c’est un film d’une heure et demi qui devrait probablement durer une heure de plus minimum si il y avait une volonté d’installer correctement tous les éléments.

La Tour Sombre est un film bourrin qui n’a pas de temps à perdre, et surtout pas de temps de vous expliquer la situation. C’est un peu le point fort mais aussi le gros point faible du film. C’est le point faible parce que justement, nous entrons dans un nouvel univers qu’on ne connait pas et nous n’avons pas une seconde pour nous investir dedans. Cela concerne les personnages, les décors, la mythologie … On nous explique pas mal de choses en une scène expédiée rapidement et ensuite on enchaine. Mais c’est un point fort car le film n’a pas le temps de nous ennuyer et de tomber dans pas mal de clichés (même si il ne les évite pas tous, loin de là). Il dure 95 minutes et le réalisateur avait clairement l’intention d’exploiter au maximum ces 95 minutes et ces 60 millions de dollars de budget dans son film.

 

Budget pour rendre Idris Elba cool : 0$
Regardez moi ce mec ! Trop cool bon sang !

 

Cela a forcément une influence au niveau des personnages et de leur présentation. Il faut avouer que c’est le minimum syndical. Nous les installons rapidement, et on leur met des enjeux simples. Mais ici, c’est presque une bonne chose car justement le film fait les choses simplement mais elles ont le mérite d’être bien faite. Je pense notamment à un événement qui arrive à Jake, j’ai été réellement surpris de voir ça dans un blockbuster comme celui-ci. Et le casting semble aussi bien s’amuser ! Idris Elba est méga cool en pistolero parce que c’est Idris Elba donc il est méga cool dans tous les rôles qu’il a. Et Matthew McConaughey est clairement celui qui s’est le plus éclaté je pense. Il surjoue parfaitement comme il faut dans un film comme celui-ci, c’est parfait. Le bon niveau de surjeu comme j’aime. Il est le grand méchant et il adore l’être.

Le jeune acteur jouant Jake est celui que j’oublierais le plus vite car il n’a rien de vraiment marquant. Mais il n’était pas foncièrement mauvais donc si je le vois dans d’autres projets à l’avenir je n’irais pas avec un avis déjà construit quant à son talent d’acteur. Ou plutôt son absence de talent.

Les scènes d’action sont plutôt efficaces (Idris Elba est méga cool en même temps donc forcément … je ne sais pas si je vous l’ai déjà dit que je le trouvais cool) elles aussi. De manière globale, La Tour Sombre nous offre le minimum syndical, mais au moins il n’a pas la prétention de nous proposer autre chose qu’un divertissement simple mais efficace. Et je trouve qu’il remplit le contrat. Est-ce que je vous conseille d’aller le voir au cinéma absolument ? Certainement pas, il n’a pas assez d’originalité pour que je vous encourage d’aller le voir en salle. Mais si jamais vous voulez voir un film pop-corn sans prise de tête qui se consomme et qui s’oublie vite, La Tour Sombre n’est pas l’immense merde qu’on nous vend sur la toile.

Il s’agit sans doute d’une très mauvaise adaptation, et avoir une série télé sur le sujet me plairait sans doute plus. Mais en tant que film, La Tour Sombre est un simple divertissement qui ne se prend pas la tête. Il n’est pas bon, et certainement pas marquant. Mais nous avons eu le droit à bien pire cette année et le film a au moins l’intérêt principal de ne pas être ennuyeux. Pour les fans de Stephen King qui n’ont pas lu la saga mais qui ont lu plusieurs autres de ses oeuvres, le film fourmille d’une tonne de clin d’oeil que j’ai adoré noter personnellement (parce que ça ne restait que du clin d’oeil, pas du porno de fan fiction … oui c’est à toi que je m’adresse Rogue One !). L’univers du film a réussi à suffisamment m’intriguer pour que j’envisage de m’attaquer aux romans, donc il aura au moins eu ce mérite. Et vivement Ça !

 

Jake fait des rêves de Rolland. Je fais des rêves d’Idris Elba moi aussi … Ça veut dire que j’ai le Shining ?!!

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *