Bonjour à toutes et à tous ! Aujourd’hui je vais vous proposer une critique sous une forme un peu différente. Le contenu sera très court quant au film en lui-même. J’ai plus envie de parler de ce que le film représente car cela me semble être bien plus important. Vous savez de quel film je vais vous parler vu le titre. Ne perdons pas plus de temps et entrons directement dans le vif du sujet car il y a des choses à dire : parlons de La Belle et la Bête.

 

 

La Belle et la Bête est un film réalisé par Bill Condon sorti le 17 mars 2017 aux États-Unis et le 22 mars chez nous. Il raconte l’histoire de la jeune Belle, vivant dans un modeste village de France. Sa vie va néanmoins basculer le jour où son père va se faire capturer par une bête vivant dans un château caché au milieu de la forêt. Cette bête est en réalité un homme victime d’une malédiction. Il ne pourra retrouver sa véritable apparence que s’il réussit à aimer et à se faire aimer par quelqu’un malgré son apparence hideuse.

C’est donc le nouveau film dans la vague des classiques de l’animation Disney que Disney nous repropose avec une nouvelle adaptation de ces mêmes histoires avec des prises de vues réelles et de vrais acteurs. Nous avions eu Cendrillon il y a peu de temps et d’autres arriveront bientôt, comme Le Roi Lion, Aladdin, Mulan ou encore La Petite Sirène. Il s’agit donc d’une adaptation du classique de 1991 qui avait fait forte impression lors de sa sortie car c’était la première fois de l’histoire des Oscars qu’un film d’animation était nominé dans la catégorie « Meilleur film ». Bref, c’est un des mastodontes au milieu des nombreux films d’animation Disney de l’époque.

Je vous ai prévenu que cette critique irait un peu plus loin que le film, mais parlons-en quand même un peu. Après tout c’est pour ça que j’écris ces mots à la base. Le film n’est objectivement pas mauvais. Visuellement tout d’abord, La Belle et la Bête est un beau film. Le design des différents personnages est très réussi, les costumes, les décors … Nous sommes vraiment devant un spectacle visuel et ce tout du long de l’histoire. Le casting est aussi très bon. Je ne connaissais pas trop le casting au niveau des voix et j’ai été surpris par des noms présents. C’est un casting très « british » qui montre qu’ils ont clairement la cote à Hollywood depuis quelques années. On a aussi la chance d’avoir des acteurs qui savent chanter ce qui rend les parties musicales plutôt réussies, même si parfois un peu trop longues à mon goût.

L’accent d’Ewan McGregor est quand même assez violent dans son rôle de Lumière

 

Ma partie préférée du film reste malgré tout Luke Evans dans son rôle de Gaston, le personnage le plus divertissant du film et de loin. Il y a eu une petite histoire de polémique quant au fait que le personnage de LeFou est homosexuel … Pour être francs avec vous, je ne le vois même pas comme gay, plus comme un fan de Gaston. Ce qu’il est dans le dessin animé de base donc bon … Après les gens aiment gueuler pour rien aujourd’hui. Il y aurait un soi-disant agenda gay à pousser pour nous « imposer » ça à l’écran. J’aimerais être encore en vie quand nous aurons des personnages homosexuels dans un film sans que cela fasse un scandale dans certains pays. Et j’aimerais être encore en vie quand on arrêtera de faire des annonces pour se la jouer ouvert d’esprit. Les « Regardez, on a un personnage gay dans notre film ! On est trop en phase avec notre époque » commencent aussi à me gonfler. Contentez-vous de mettre le personnage, pas besoin d’en faire tout un foin parce qu’il est maintenant gay. Bref, c’était la minute sociale de l’article.

La Belle et la Bête souffre de longueurs, mais reste un film globalement bon. Comme je l’ai dit c’est beau, le message sur l’importance de se cultiver et sur l’ouverture d’esprit est un de mes messages préférés. Il fait clairement son boulot.

MAINTENANT C’EST LA PARTIE RAGE DE L’ARTICLE !!!

 

Je hais La Belle et la Bête de tout mon être. Je hais ce film et je hais ce qu’il représente. En tant que film, il fait son boulot et j’aime le message du film. Mais je hais le second message de ce film. Celui de Disney. Celui du business actuel du cinéma. Cela fait maintenant 2-3 ans que la nostalgie est devenue une vraie niche pour Hollywood qui ressort des licences de ses vieux cartons pour essayer de nous attirer dans les salles de cinéma ou devant nos télévisions. Les gens peuvent hurler sur l’abondance de films de super-héros, mais pour moi le vrai fléau est là.

Avec ce film, j’avais constamment cette impression de voir Disney me dire « Pourquoi est-ce qu’on se ferait chier à créer de nouveaux films quand on peut ressortir les dessins animés d’il y a 20 ans ? Non seulement on attire les nostalgiques en y ajoutant un minimum de modifications, mais en plus on attire les nouveaux jeunes qui n’ont pas vu les dessins animés à l’époque ! DOUBLE PUBLIC = DOUBLE MONEY !! ».

Je suis parfaitement conscient de l’hypocrisie de mes dires. Dans deux semaines, je serais probablement là à vous causer Power Rangers bon sang ! Mais c’est le fait qu’il s’agisse ici de Disney qui rend cet effet exacerbé. Pour d’autres propriétés et licences un peu plus secondaires, je suis plus indulgent. Et je ne devrais pas je le reconnais. C’est un avis qui dépend de la licence et qui dépend du studio donc c’est un avis qui ne peut être considéré comme juste. Mais je ne peux pas m’empêcher de le penser et voir Disney qui a toutes les ressources du monde et les moyens pour nous apporter sans cesse de nouvelles choses ne fait que nous ressortir des adaptations de films sortis il y a une vingtaine d’années me désole.

Le film a déjà fait un petit carton au box-office et il n’en est qu’à ses débuts. C’est évident qu’il va être une vraie réussite économique. Et mon exposition sur la toile est ridicule, mais si je réussis à convaincre quelques personnes, alors je considère que j’aurais réussi ma mission : n’allez pas voir La Belle et la Bête. Si vous avez des enfants, montrez leur la version animée. Il ne faut pas tomber dans cet éternel cycle de répétition des mêmes licences encore et toujours. Voir un studio faire si peu d’efforts me scie les nerfs et je ne peux décemment pas encourager cette pratique.


Désolé pour cette dernière partie d’article, mais j’avais besoin que ça sorte ! Néanmoins, si vous voulez parler du film ou même de cinéma de manière générale, n’hésitez pas à rejoindre la page Facebook du site. C’est le parfait endroit pour se tenir au courant des prochaines sorties de critiques en plus, d’une pierre deux coups !

Sur ce, je vous dis à la prochaine et profitez du printemps du cinéma pour vous faire des toiles !