Nous sommes l’été ! Il s’agit normalement de l’une des périodes les plus importantes pour le cinéma américain, le Summer of Blockbuster a déjà commencé et entre dans sa seconde moitié en nous proposant une tonne de films tous plus majeurs les uns que les autres. Et pourtant, cette année je n’en attendais réellement que deux. Non pas parce que je deviens blasé ou autre, simplement parce que ce sont deux films qui ont un réel potentiel pour me marquer l’esprit. Ça n’est pas une critique contre les autres films, après tout je ne vais pas juger ce que je n’ai pas vu. Si ça se trouve Transformers 5 est le Parrain 2 de la saga et sera… Oui non, n’allons pas trop loin dans le surréalisme.

Ces deux films sont La Planète des Singes : Suprématie et le film dont nous allons parler maintenant : Baby Driver. Pourquoi est-ce que j’attends Baby Driver ? La réponse : Edgar Wright. Pour ceux qui ne le connaissent pas, tout d’abord sachez que vous êtes de terribles personnages et que je vous hais. Ensuite, il s’agit du réalisateur de la célèbre Cornetto Trilogy (Shaun of the Dead, Hot Fuzz et Le Dernier Pub avant la fin du monde) ainsi que de Scott Pilgrim vs. the World. Et je suis un fan absolu de ces 4 films, je les adore sur quasiment tous les points. Le rythme, l’humour, l’action … Je les adore ! Et par conséquent je ne peux qu’adorer Edgar Wright !

Donc forcément, quand un nouveau film d’Edgar Wright sort dans nos salles, je n’ai pas besoin d’autres raisons pour foncer en salle. Encore plus quand j’ai la chance d’assister à une séance en avant-première ! Bref, c’est la critique de Baby Driver et je l’attendais depuis des mois le petit salaud !

 

 

Baby Driver est un film réalisé par Edgar Wright, sorti le 28 juin 2017 aux États-Unis et le 19 juillet en France. Il raconte l’histoire de Baby, jeune génie de la conduite engagé sur différents braquages, qui a un besoin constant de musique pour noyer le bourdonnement d’un acouphène qu’il a depuis l’enfance. Malheureusement dans un tel monde, les choses ne se passent pas toujours comme prévu et il va vite se retrouver beaucoup plus impliqué dans la criminalité qu’il ne l’aurait souhaité. Et ce, au pire moment puisqu’il rencontre Deborah.

Inutile de tourner autour du pot : il faut que vous alliez voir Baby Driver quand il sortira dans nos salles françaises. Après plusieurs semaines de films qui variaient entre le moyen et le très mauvais, ce film était une brise de vent frais dans le four des productions d’Hollywood de ces derniers temps. Mais ce n’est pas cet état d’esprit qui rend le film meilleur qu’il ne l’est. Baby Driver est vraiment un très bon film, mais surtout un vrai électrochoc.

Edgar Wright a un sens du rythme absolument impeccable. On le sait depuis un moment quand on a vu ses films précédents et Baby Driver n’est clairement pas là pour me contredire sur ce point. La mise en scène est impeccable et quand on associe ça avec un montage nerveux et une excellente gestion globale de la rythmique de l’histoire, on obtient un film qui nous colle au fond de notre siège dans son premier quart d’heure et ce jusqu’à la dernière minute.

Le film nous prend aux tripes, nous fait plaisir aux yeux (On comprend ce qu’il se passe dans les scènes d’action ! Que quelqu’un appelle Michael Bay et vite, il doit apprendre qu’on peut réussir une scène d’action sans faire une coupure toutes les 4 secondes) mais surtout aux oreilles. On parle souvent de l’importance des bandes-sons dans les films de Quentin Tarantino ou plus récemment dans Les Gardiens de la Galaxie par exemple. Baby Driver se pose clairement comme une petite tuerie de ce côté. Chaque chanson est choisie de manière judicieuse et s’implante parfaitement dans le film puisque la mise en scène change pour s’accorder autour du titre qui passe. La bande-son va cartonner en terme de succès sur le net, c’est moi qui vous le dis ! Je suis déjà pleinement accro pour tout vous dire. Un grand bravo à Edgar Wright pour ses choix, c’est un sans faute ! Il y a Brighton Rock de Queen après tout … Edgar Wright ne peut foncièrement pas être un mauvais homme avec une telle chanson dans son film !

 

Ça, c’est de la playlist qui déchire !

 

L’histoire est classique mais malgré tout d’une rare efficacité car Edgar Wright joue un peu avec nos certitudes et les codes du genre. Il y a plusieurs fois où je pensais qu’un personnage irait dans une telle direction et finalement le film nous amène dans une direction différente. Cela fonctionne particulièrement vu la bonne écriture des personnages mais aussi par les acteurs très convaincants. Jamie Foxx fait vraiment cinglé, Kevin Spacey fait vraiment menaçant (enfin lui c’est presque de la triche) etc… Mais la palme revient quand même au duo principal du film, à savoir la très charmante Lily James et l’excellent Ansel Elgort. Je le pensais limiter aux films comme Divergente ou Nos étoiles contraires, mais ici il est vraiment très bon et son personnage un peu en décalage avec la réalité est très attachant. Il m’a prouvé tort mais j’aime avoir tort sur ce genre de sujet !

Si Baby Driver était une personne, ça serait une personne super cool avec qui tu as envie d’aller boire un verre car tu sais que tu ne t’ennuierais jamais. Mais en tant que film, c’est pour moi la petite tuerie de cet été. L’été n’est pas fini et j’espère voir encore d’autres bons films, mais j’en attendais beaucoup et ce dernier ne m’a pas déçu du tout, bien au contraire.

 

Casting impeccable

 

Je ne peux pas donner assez de compliments à ce film pour être franc avec vous. Mais je suis ressorti de la salle avec une pêche comme rarement un film l’a fait, le sourire scotché au visage. Baby Driver était du papier à musique et Edgar Wright nous sort une recette simple mais maîtrisée à un point où nous obtenons ici sa symphonie. Il faut vraiment que ce film cartonne car je veux qu’Edgar Wright puisse conserver sa liberté créative tout en ayant accès à ce dont il a besoin pour satisfaire l’ambition de la vision des prochains projets sur lesquels il travaillera.

Un des meilleurs films d’action de l’année, un des meilleurs films de poursuite en voiture de ces dernières années … C’est aussi une excellente comédie mais le couple principal fonctionne du tonnerre avec de l’alchimie évidente entre les deux personnages. Bref, Baby Driver est une tuerie et je suis impatient d’attendre sa sortie prochaine dans nos salles pour retourner le voir ! Un grand bravo monsieur Wright, vous avez encore une fois créer une petite pépite !