[Critique] Battle of the Sexes

Je ne sais pas ce que j’ai en ce moment, mais j’ai envie de voir des séries ou des films qui parlent de vrais sujets. Je m’éloigne un petit peu du divertissement classique sur cette période. Histoire de changer un peu sans doute. Mais c’est vrai que dernièrement on a eu The Punisher qui nous parle de sujets bien sérieux et maintenant au cinéma on a Battle of the Sexes qui nous montre le traitement des femmes il y a encore quelques années. Je ne vous parle même pas de Justice League qui nous montre que les gens font des pétitions inutiles pour rien. Ça, c’est du vrai fond.

Blague à part, j’attendais beaucoup Battle of the Sexes mine de rien. Tout d’abord parce qu’il s’agit du nouveau long-métrage du duo Jonathan Dayton / Valérie Faris, duo à qui nous devons Little Miss Sunshine que je ne peux que conseiller. Mais aussi parce que le casting et l’histoire me plaisaient vraiment beaucoup. Je connaissais vaguement l’histoire sur laquelle le film est basée et j’adore Steve Carell et Emma Stone. Et voir des films sur le tennis change un petit peu dans le domaine des films sur le sport.

Cette année ça semble être le tennis d’ailleurs puisque nous avons également le biopic centré sur la rivalité entre Borg et McEnroe. Biopic que je n’ai pas pu voir à cause d’une distribution … disons que la qualifier de minimale serait un euphémisme. Bref, voyons ce que nous pouvons voir avec la critique de Battle of the Sexes !

 

 

Battle of the Sexes nous raconte l’histoire vraie du match de tennis organisé entre Billie Jean King, numéro 1 mondiale dans la ligue féminine, et Bobby Riggs, ancienne légende du tennis sur le retour. Même si le match est clairement l’objectif du film et la toile de fond, le film se concentre plus sur ce que représente ce match pour les deux protagonistes.

Pour tout vous dire, je ne sais pas si le film reprend exactement ce qu’il s’est passé ou si beaucoup d’éléments sont amplement romancés pour donner du piquant à la trame scénaristique. Je ne connaissais de cette histoire que le résultat du match, sans réellement connaître les participants. C’est notamment ça qui m’intéressait à vrai dire dans ce film, et on peut dire que ça a délivré !

Même si les deux personnages sont vraiment mis en avant, la priorité est tout de même donnée à Billie Jean King car le film veut nous parler d’un sujet important qui dépasse le cadre du film : le féminisme. Et on se rend compte que même si il y a encore énormément de choses à faire pour changer les choses pour le meilleur, on revient quand même de très loin ces dernières années. Car ici, l’antagoniste d’Emma Stone n’est pas Steve Carell, mais bien Bill Pullman qui incarne le commentateur Jack Kramer et qui surtout représente le machisme débordant des années 70.

Le mec est tellement foncièrement sexiste que c’en est parfois comique quand il nous sort ses dialogues. Nous sommes hallucinés mais c’est le contexte de l’époque du film qui nous montre que ce n’était vraiment pas simple pour les femmes.

 

A droite, le véritable Jack Kramer.
A gauche, Bill Pullman. Avec seulement 40% de ma haine envers son personnage.
Les 60 autres sont contre Bill Pullman pour avoir accepté de tourner dans Independance Day : Resurgence.

 

Vu le film, il ne faut pas s’attendre à une réalisation particulièrement voyante ou marquante. Le duo Dayton / Faris nous fournit ce qu’ils savent faire de mieux : se concentrer sur les personnages et les sublimer le plus possible. Et ça fonctionne dans le cas présent. Steve Carell en Bobby Riggs est diablement divertissant sans jamais tomber dans le burlesque ou la caricature. Et son duo avec Emma Stone est clairement le point fort du film, avec une Emma Stone sur qui on peut vraiment compter pour toujours nous livrer une excellente prestation.

On comprend ses craintes, ses doutes. Mais surtout nous comprenons pourquoi elle se bat pour améliorer les choses. Le film n’est qu’une lente brûlure émotionnelle pour les deux personnages qui culmine à la fin dans ce fameux match de tennis. Le tennis qui d’ailleurs est plutôt crédible au passage. Je ne sais pas si toutes les séquences étaient faites par des doublures mais leur match final fonctionnait vraiment bien en terme d’intensité ! Nous n’étions pas devant un Wawrinka / Nadal non plus attention, mais je croyais au fait qu’ils étaient joueurs professionnels.

Au delà du message sur le féminisme, le film est avant tout un message sur l’égalité de manière générale, en incluant les homosexuels. En effet, Billie Jean King est également connue comme étant une des premières athlètes féminines à avoir ouvertement déclaré son homosexualité (même si cela aura pris des années et des affaires judiciaires dans la réalité). Et ça fait simplement du bien d’avoir un film joyeux qui ne tombe pas pour autant dans le niais.

Avec des excellentes prestations de la part du duo principal, une bonne écriture des personnages, une bonne reconstitution de l’époque et un message qu’il est toujours bon d’entendre, Battle of the Sexes est définitivement un film à voir en cette fin d’année les amis !

 

Un grand bravo à toute l’équipe des costumes et du maquillage du film, ils ont fait un travail de reconstitution qui force le respect !

Vous avez aimé ? Pourquoi ne pas partager ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.