Critique: Ni-Oh

Le monde est cruel, le jeu vidéo se veut tout aussi cruel. Après Soulsborne, Ni-Oh nous plonge dans un monde sans pitié. Garde à vous jeune Padawan, de la souffrance tu auras.